CAMEROUN : SAMUEL ETO’O, OU LA DETERMINATION POUR LA VICTOIRE ?

by Bertrand Wandji
0 comment

Une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux montre un Samuel Eto’o dans un spectacle de colère au fond des vestiaires du stade burundais où les lions indomptables du Cameroun ont arraché la victoire aux hirondelles avec une petite marge d’un but à zéro, sans forcément briller.

À l’occasion de la 2ème journée des éliminatoires de la CAN 2023, les lions indomptables étaient face à l’équipe nationale du Burundi jeudi. La rencontre qui s’est tenue au stade au stade Benjamin Nkapa de Dar Es Salam s’est soldée avec une victoire à l’arraché du Cameroun, par la plus petite des marges (0-1). Un score visiblement insatisfaisant pour Samuel Eto’o, comme pour l’ensemble des Camerounais.

Dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux en effet, on peut apercevoir le président de la FECAFOOT tenant un discours de fin de match controversé, visiblement emporté par la colère et la déception nées de la prestation mièvre des lions indomptables.

Lire aussi : Egypte – #CAN2021 : le sélectionneur des Pharaons en colère contre Samuel Eto’o.

« je ne suis pas content du tout personne n’a sa place assurée dans cette équipe (bis) celui qui veut venir porter le maillot du Cameroun qu’il fasse son job quand il est là sinon il ne vient pas et je serais content. Je jouerais avec les enfants. (…) Si vous voulez être de ce voyage (Qatar) vous devez vous bouger. Si c’est ce que j’ai vu aujourd’hui ne soyez pas sûrs que vous serez dans cette équipe. J’ai besoin de beaucoup plus car j’ai besoin de gagner cette Coupe du monde », a déclaré-t-il déclaré dans les vestiaires du stade de Bujumbura

La teneur de ce propos essaie sans doute de traduire l’esprit de renouveau que l’ancien capitaine des lions indomptables veut insuffler au football camerounais, car comme il le dit, il a pris « cette présidence pour changer les choses ». De plus, au regard de l’échéance de la coupe du monde, on peut légitimer l’électrochoc d’un tel discours, nécessaire pour amener les joueurs à prendre conscience de leurs responsabilités et à mieux donner du leur à l’avenir. Seulement, Eto’o prend une place qui n’est pas la sienne, et dénature de ce fait la pertinence de son propos.

Lire aussi : Cameroun : après Nathalie Koah, la BAS veut boycotter Samuel Eto’o

Ce discours était en effet celui du sélectionneur de l’équipe, Rigobert Song, seul habilité à parler de cette façon à ses joueurs. L’image de sa personne épinglée dans l’ombre de Samuel Eto’o, mains croisée sur le bas ventre à la manière d’un pieux catholique qui se met en présence du seigneur, renforce la rumeur selon laquelle le « capitaine courage » serait en fait une marionnette, le paravent qui masque le cumul de fonction d’un Eto’o devenu président de la FECAFOOT et sélectionneur de l’équipe nationale. Car clamer dans le micro que « les places seront chères », que « personne n’a sa place assurée dans cette équipe » ; dire « je vais arriver là où je vais avec où sans vous », « je jouerai avec les enfants », revient à s’arroger sans équivoque la prééminence du choix des footballeurs de l’équipe nationale, lequel choix incombe légalement au sélectionneur de l’équipe.

Lire aussi : AFRIQUE – CAN 2023 : LE KENYA ET LE ZIMBABWE DÉFINITIVEMENT EXCLUS DES PHASES DE QUALIFICATIONS

Loin de motiver les joueurs, Samuel Eto’o les a humiliés et ce devant le monde entier en laissant relayer sur les réseaux sociaux un moment sacré, qui non seulement ne lui incombe pas, mais encore n’a pas à être révélé en dehors du vestiaire qui par définition est un lieu clos.

Au demeurant, l’opinion publique pourrait avoir la forte impression que cette communication était plus pour les caméras que pour le vestiaire, on a bien vu que Samuel Eto’o portait un micro. Son autocentrisme aura primé ici sur sa lucidité et aura eu pour conséquence de court-circuiter l’autorité de Rigobert Song. Pourra-t-il encore s’affirmer en tant que coach de cette équipe ?

#samuel #Eto’o #Fecafoot #Rigobert #Song

Leave a Comment