Cameroun – Séjour de Paul Biya en Suisse : la BAS aux aguets!

by Abdoulaye Raman
0 comment

Situation d’alerte ! La brigade Anti Sardinarde (BAS), un groupuscule d’hommes et de femmes hostiles au pouvoir de Yaoundé ne semble pas avoir abandonné ses habitudes. Relativement, aux vacances du couple du palais d’Etoudi dans le coutumier Hôtel de la cité genevoise, les activistes sont décidés de semer du trouble jusqu’à ce que le chef de l’Etat et son épouse retournent au bercail. Une manifestation est donc en vue le 17 juillet prochain devant ce palace douillet pour le faire déguerpir.

Panique totale au sein de la représentation diplomatique camerounaise basée dans la fédération helvétique. Tout pour perturber le séjour présidentiel? Il ne faut surtout pas qu’il arrive quelque-chose au président de tous les Camerounais. C’est en quintessence ce que l’on a pu déceler de la note rendue publique par l’ambassadeur du Cameroun en suisse, Leonard Henri Bindzi. Pour la BAS, Paul Biya doit retourner au Cameroun. Une demande a d’ailleurs été adressée au président de la confédération helvétique qui pourrait conduire à un retour prématuré du client du bord du lac Léman.

Lire aussi : Cameroun : le retour de Paul Biya à Genève qui fâche !

« L’ambassade du Cameroun auprès de la confédération helvétique porte à la connaissance de la communauté camerounaise de suisse et des pays voisins que depuis l’annonce d’un court séjour privé du chef l’Etat S.E Paul Biya et de son épouse, dimanche 11 juillet 2021, les réseaux sociaux fleurissent des déclarations incendiaires et violentes de groupuscules extrémistes, menaçant de s’en prendre au président de la république notamment lors d’une manifestation envisagée à Genève dans les jours à venir », a-t-on pu lire de comme propos liminaire dans la note de S.E Leonard Henri Bindzi avant de rajouter que l’ambassade « condamne sans réserve l’attitude irresponsable et haineuse des auteurs de ces propos obscurs et de ce projet insensé »

En effet, après le dernier mouvement de juillet 2019 devant le même hôtel qui aurait eu un échos plus ou moins favorable, les activistes voudront une fois de plus organiser le 17 juillet prochain une manifestation un peu plus grandiose que la précédente. Ils l’ont par ailleurs baptisée « opération 5000 Camerounais sur Genève » avec pour objectif majeur de déguerpir le couple présidentiel. Lequel couple y loge depuis le 11 juillet dernier.

Considérant cela comme étant une menace, le chef de la représentation diplomatique exhume son mécontentement. Il se dit « outré » et invite « les membres de la diaspora camerounais e de Suisse et des pays voisins à ne pas s’associer aux manœuvres inacceptables visant par ailleurs à ternir l’image de notre pays ». Pour ne pas que le chef de l’Etat se retrouve dans l’emprise des manifestant, un cordon sécuritaire est observé devant l’hôtel intercontinental depuis le lendemain de son arrivée dans le périmètre.

Lire aussi : CAMEROUN: MANIFESTATIONS DE LA DIASPORA À PARIS, OTTAWA ET WASHINGTON POUR DIRE NON AU GRÉ À GRÉ.

Il faut tout au moins rappeler qu’en juillet 2019, les activistes se sont arrogés le mérite d’avoir influé sur le séjour du locataire du palais d’Etoudi. Sur demande du Département Fédéral des Affaire Étrangères (DFAE) , Monsieur Biya avait été contraint à écourter son séjour au regard des répercussions qui allaient advenir après les menaces de la BAS d’assiéger les encablures de l’Intercontinental. L’un des meilleurs clients de l’hôtel intercontinental y est donc et attend ce qui pourrait se passer le 17 juillet prochain.

Ces derniers estiment que ces deplacements coute énormément au contribuable camerounais. Selon le consortium des journalistes, depuis l’accession de Paul Biya à la magistrature supreme, il aurait depensé plus de 182 millions de Dollars pour des voyages privés.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site internet pour recevoir automatiquement nos articles.
Afrik-inform.com, l’information en un clic.

Leave a Comment