COTE D’IVOIRE : DOIT-ON CRAINDRE AFFI N’GUESSAN ?

by Abdoulaye Raman
0 comment

Affi N’Guessan est l’image qui cristallise toutes les attentions dans le pays depuis son arrestation et sa détention au secret. Porte-parole de l’opposition dans le cadre du dernier scrutin présidentiel, la situation dans laquelle il se trouve actuellement paraît comme une épée de Damoclès sur la tête du régime en place. Pour d’aucuns, il est à craindre.

Depuis l’annonce de la candidature d’Alassane Dramane Ouattara en aout dernier pour un troisième mandat consécutif, le pays sombre dans des violences opposant à la fois les forces de maintien de l’ordre et les populations contestataires et les groupes ethniques issus des deux camps notamment du parti au pouvoir et de l’opposition.
Selon des chiffres officiels, l’on a dénombré au moins 30 morts avant la tenue dans du scrutin dans la rue comme à domicile.
Dix ans après la crise post-électorale de 2010 ayant occasionné la mort de 3000 personnes avec à la clé l’arrestation de Laurent Gbagbo ex-président depuis 2000 et de son ministre de la jeunesse Charles Blé Goudé, la cote d’ivoire semble vouloir appuyer de nouveau sur la touche du remake. Comme pour dire, un chaos généralisé ne serait pas loin.

A lire aussi : COTE D’IVOIRE : LES ETATS UNIS RECADRENT L’OPPOSITION IVOIRIENNE AU SUJET DE LA REELECTION DE OUATTARA.

Composée de 04 candidats à l’élection présidentielle, l’opposition réticente et la coalition ont appelé au boycott de l’élection dans un premier temps et à la désobéissance civile si jamais le président sortant ne renonçait pas à sa candidature jugée anticonstitutionnelle. Passé le cap du scrutin, qui considérablement a été décrié par plusieurs organismes internationaux de par son caractère querellé, Pascal Affi N’guessan, le porte-parole de l’opposition a annoncé la mise en place d’un conseil national de transition devant diriger le pays en lieu et place du pouvoir établi jusqu’à l’organisation d’un élection crédible et apaisée en passant par la réconciliation de tous les ivoiriens dont les cœurs saignent à l’effet des différentes exactions qui sont commises dans le pays.

A lire aussi : PRESIDENTIELLE EN COTE D’IVOIRE : UNE MISSION DE LA CEDEAO ANNONCEE POUR RENCONTRER LES QUATRES CANDIDATS.

En tant qu’une des bouches les plus autorisées du Conseil National de transition, Pascal Affi N’guessan est devenu la figure de proue de l’opposition ivoirienne. D’après un nombre considérables d’observateurs de la scène politique en Afrique, il est le visage majeur de la libération des ivoiriens épris de paix et la légalité.

Un clou dans la chaussure du gouvernement en place, Pascal Affi N’Guessan a été arrêté Peu de temps après sa déclaration dans la nuit de vendredi à samedi alors qu’il se rendait à Bongouanou, sa terre natale
Il connaît ainsi le même sort que Maurice Kakou Guikahué, numéro deux du parti d’opposition, le PDCI. Lui aussi a été arrêté par la police autour du domicile de chef de file de l’opposition, Hennri Konan Bédié.

A lire aussi : COTE D’IVOIRE : LAURENT GBAGBO MET EN GARDE OUATTARA ET LA CEI 

L’ancien premier ministre Affi Nguessan et quelques autres figures de l’opposition sont poursuivis pour plusieurs charges selon le procureur de la République, Adou Richard, qui était en conférence de presse le 6 novembre : actes de terrorisme, attentat et complot contre l’autorité de l’État, meurtres, vol et vol en réunion avec violence portant sur du matériel électoral et divers autres biens, destruction volontaire de biens immeubles appartenant à une personne morale de droit public et de biens meubles (matériel électoral), incendie et destruction de véhicules appartenant à autrui, incendie volontaire de moyen de transport public de personnes, de biens immeubles ainsi que de divers autres biens appartenant à autrui et pillage de marchandises et de propriétés immobilières.

A lire aussi : CÔTE D’IVOIRE – DIPLOMATIE : L’ AMBASSADEUR DE FRANCE, GILLES HUBERSON ACCUSÉ DE PROPOS ET GESTES SEXISTES.

Des chefs d’accusation qui aurait une fois de plus suscité la grogne des jeunes dans les rues le jour de sa comparution devant un juge en catimini ce lundi 09 novembre. Au moins 30 charges auraient été retenues contre lui.
Celui qui fait l’objet d’une attention particulier et met en branle la condition politique actuelle de son pays, est né le 1er janvier 1953 à Bouadikro , dans la sous-préfecture de Bongouanou, en Côte d’Ivoire, Pascal Affi N’guessan a rejoint le parti créé par Laurent Gbagbo, le Front populaire ivoirien (FPI) en 19861. Il a été membre de la direction nationale du parti dès 1990 et en est actuellement le président. En 1990 il est battu aux élections législatives dans la circonscription de Bongouanou par la candidate du PDCI Dr Amah TEHOUA.

A lire aussi : COTE D’IVOIRE : HENRI KONAN BÉDIÉ EST DÉTERMINÉ..

La même année, il a été élu maire FPI de la commune de Bongouanou (30 000 habitants) pour un mandat de 5 ans. Pendant son mandat, il a été vice-président de l’union des villes et commune de Côte d’Ivoire.
Pascal Affi N’guessan a été Ministre de l’industrie et du tourisme de janvier 2000 à octobre 2000 ; puis Premier ministre d’octobre 2000 à mars 2003.
Qu’adviendrait-il dans le pays si dans les tous prochains jours, Pascal Affi N’guessan, le porte-parole de l’opposition n’est pas libéré ?

Enregistrez automatiquement votre adresse email pour recevoir automatiquement nos articles.

afrik-inform.com, l’info en un clic.