Présenter l'ex premiere dame de cote d'ivoire

Cote d’Ivoire : la cour pénale internationale décide de l’arrêt des poursuites judiciaires contre Simone Gbagbo

by Abdoulaye Raman
0 comment

Alors que la décision de lever le mandat d’arrêt contre l’ex première dame Simone Gbagbo avait été prise depuis le 19 juillet dernier, c’est finalement dans la soirée de jeudi que la nouvelle a été rendue publique par la cour pénale internationale.

Depuis 2012, l’ancienne première dame Simone Ehivet Gbagbo est dans le viseur cour internationale de la Haye. La cour pénale internationale avait émis un mandat d’arrêt en date du 29 février 2012 par le procureur. Lequel mandat avait par la suite été rendu public le 22 novembre 2012 sous scellé, dans l’attente du transfèrement de l’intéressée. Elle avait d’alors comme charges , quatre chefs de crimes contre l’humanité parmi lesquels meurtre, viol, autres actes inhumains et persécution, prétendument commis en 2010-2011 dans le contexte des violences post électorales en Côte d’Ivoire.

Lire aussi : Cote d’ivoire : Laurent Gbagbo et Ble Goudé seront fixés sur leurs sorts ce jour.

Alors que la CPI attend son transfèrement pour son jugement, elle sera frappé d’une autre accusation qui l’enverra tout droit en prison. Il s‘agit d’une atteinte à la sûreté de l’Etat ivoirien. Elle est donc condamnée à 15 ans d’emprisonnement. Seulement, sur les 15 années qu’elle devait passer derrière les barreaux, l’ex-première dame n’aura purgé que 7.

En effet, le président Alassane Ouattara en 2018 va décider de jouer la carte de la clémence à l’endroit de tous ses concitoyens impliqués dans le cadre de la crise post-électorale. Il va donc annoncer à la télévision nationale à la veille de la fête de l’indépendance une amnistie. « cette amnistie bénéficiera à environ 800 de nos concitoyens. Figure notamment madame Simone Ehivet Gbagbo », déclarait le président Alassane Ouattara. Cette mesure visait ainsi à s’inscrire dans la logique de la réconciliation nationale dans les années à venir.

Lire aussi : COTE D’IVOIRE : ALASSANE OUATTARA SERA CANDIDAT A SA PROPRE SUCCESSION

Alors qu’elle et son époux étaient dans le même filet au lendemain de la crise de 2010-2011, elle a été retenue au pays. Laurent Gbagbo quant à lui a été jugé par la cour pénale internationale. Acquitté en mars dernier, c’est finalement le 17 juin qu’il va rejoindre son pays après 10 ans d’absence.

Pour rappel, en novembre 2016, les avocats privilégiés de Simone Gbagbo ont du suspendre leur participation au procès, manifestement pour protester contre le refus de la Cour de faire comparaître des témoins bien connus qu’ils estimaient déterminants pour la défense de Simone Gbagbo. Ils avaient précédemment dénoncé à plusieurs reprises un procès basé selon eux sur des motifs politiques. Le tribunal a désigné de nouveaux avocats pour Simone Gbagbo, mais ceux-ci se sont aussi retirés de l’affaire le 15 mars, signalant une irrégularité dans la composition de la Cour qui incluait un juge nommé après le début du procès.

C’est à partir de ce moment que les avocat de l’accusée ont estimé que le rôle de la cour pénale internationale était crucial car ayant demandé son transfèrement pour des chefs d’accusation similaires. ces derniers estimaient que son procès aurait été mieux géré à la Haye.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.
Afrik-inform.com, l’information en un clic.

#Simone #Ehivet #Gbagbo # Alassane #Ouattara #Prison #Cote #ivoire #Laurent

Leave a Comment