Côte d’ivoire : le statut d’ancien chef d’État de Gbagbo ne souffrira de rien selon Ouattara.

by Abdoulaye Raman
0 comment

Cela ne fait aucun doute que l’ancien président de la république ivoirienne, Laurent Koudou Gbagbo touchera 17 millions FCFA par mois, à son retour en Côte d’Ivoire. C’est un sésame qu’il aura désormais à portée de main après avoir passé au moins 10 ans devant la CPI. Le verrou levé le 7 avril 2021 par Alassane Dramane Ouattara, il va sous peu rejoindre le bercail en compagnie de son homme de main, Charles Blé Goudé.

C’est une secret de polichinelle. 17 millions de francs CFA est le montant que Laurent Koudou Gbagbo, ancien président de la république ivoirienne bénéficiera chaque mois à son retour sur la terre des éléphants. En effet, Alassane Ouattara a fait le mercredi 7 avril 2021, une déclaration selon laquelle Laurent Gbagbo et son ex-ministre Charles Blé Goudé sont “libres de rentrer quand ils le souhaitent” en Côte d’Ivoire. C’est une annonce qui a sans doute réconforter les cœurs dans les rangs de l’ancien parti au pouvoir, le Front Populaire Ivoirien (FPI) et surtout qu’il l’a déclaré une semaine après que la CPI ait prononcé l’acquittement définitif des deux hommes qui étaient retenus pour crimes contre l’humanité.

A lire aussi : Cote d’ivoire : Laurent Gbagbo et Ble Goudé seront fixés sur leurs sorts ce jour.

« Comme vous le savez, la Cour pénale internationale a rendu, le 31 mars dernier, la décision sur l’appel du procureur relative au procès de Messieurs Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, et nous en prenons acte. (…) Messieurs Laurent Gbagbo et Blé Goudé, sont libres de rentrer en Côte d’Ivoire quand ils le souhaitent», avait déclaré le chef de l’Etat ivoirien, à l’ouverture du Conseil des ministres.

Si l’on se fie donc aux propos du chef de l’État, son ancien challenger Gbagbo bénéficiera du statut des anciens chefs d’Etat. Conformément aux largesses consacrées par la constitution ivoirienne le président qui était l’objet de crimes de guerre va selon le statut des anciens présidents régi par la loi de 2005 et le décret d’application de 2006, bénéficier d’une allocation viagère d’un peu moins de 10 millions de francs CFA par mois, de personnels de maison (six personnes), composé de maître d’hôtel, de cuisinier, de jardinier etc, ainsi que trois chauffeurs pour trois véhicules mis à sa disposition.

A lire aussi : Cote d’Ivoire – Retour de Laurent Gbagbo le 15 mars : risquerait-il de nouveau la prison?

Dans le même sillage, un aide de camp, une dizaine d’agents de sécurité et des collaborateurs seront à sa portée. À cela s’ajouteront un chef de cabinet, un chargé de protocole, un chargé de mission et deux secrétaires. In fine, il aura à sa disposition au moins une vingtaine de personne payée par la présidence de la République de Côte d’Ivoire.

A lire aussi : COTE D’IVOIRE : LAURENT GBAGBO MET EN GARDE OUATTARA ET LA CEI 

Pour l’heure, les ivoiriens voient en cela un geste visant réconcilier les familles Politiques et en appeler à l’enterrement de la hache de guerre. Toutefois, le fait que la constitution soir claire eu égard au statut d’ancien chef chef d’État n’empêche pas les citoyens de s’interroger quant à l’applicabilité sur la durée déterminée.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site internet pour recevoir automatiquement nos articles

Afrik-inform.com, l’information en un clic

Leave a Comment