L'image de laurent Gbagbo à la cpi

Cote d’Ivoire – Retour de Laurent Gbagbo le 15 mars : risquerait-il de nouveau la prison?

by Abdoulaye Raman
0 comment

L’annonce du retour de cet “homme fort” a été faite par le secrétaire général du front Populaire Ivoirien (FPI), Laurent Akoun . Laurent Gbagbo pourra retourner au pays en mi-mars. S’il s’avère qu’il est imminent, des négociations au sommet de l’Etat ne sont certainement pas négligées par ses proches afin de lui pourvoir un retour pacifique sur la terre des éléphants.

L’ancien président de la République de Cote d’ivoire et son ministre de la jeunesse sont devant la plus haute cour de justice au monde, la CPI depuis au moins 8 ans. Ils sont toujours à l’extérieur du pays depuis au moins deux ans déjà bien qu’ils aient été acquittés en 2019. Comme charge contre eux, le crime contre l’humanité qui comprend entre autres : meurtre, viol, autres actes inhumains ou à titre subsidiaire tentative de meurtre, et persécution. Une charge accablante portée contre eux au lendemain de la présidentielle de 2010 – 2011 dont Alassane Ouattara a été élu président.

A lire aussi : COTE D’IVOIRE : OUATTARA RENCONTRE BÉDIÉ AU GOLF HÔTEL D’ABIDJAN.

S’il est vrai que le président Gbagbo, leader du Front populaire Ivoirien sera de retour au pays le 15 mars prochain, cela mettrait en branle dans le cas de négociations, les hauts cadres de son partis. Pour nombre d’observateurs et acteurs de la politique à travers l’Afrique, le retour de Laurent Gbagbo constitue une réelle et énorme menace pour le pouvoir d’Alassane Ouattara qui lui a ravi le trône en 2011. Le même Ouattara qui a été porté au sommet de l’Etat au lendemain d’une élection controversée et largement contestée par l’opposition en sa majorité avec en tète de proue Henry Konan Bédié comme chef de file. D’ailleurs son mandat a été jugé anticonstitutionnel.

A lire aussi : COTE D’IVOIRE : LES ETATS UNIS RECADRENT L’OPPOSITION IVOIRIENNE AU SUJET DE LA REELECTION DE OUATTARA.

« Pour le moment, je doute fort que Ouattara accepte le retour de Gbagbo avec le calme apparent qui se vit en Côte d’Ivoire. Gbagbo constitue une menace pour le pouvoir d’Ouattara », estime Dr Bertin un des observateurs du climat politique ivoirien depuis le Cameroun. « Sans négociation avec un accord secret entre les deux leaders, il sera difficile son retour. Mais chose qui n’est pas impossible », a-t-il rajouté.

Or, la frange partie de la classe politique ivoirienne est unanime et est même fière du retour ce fils du pays par qui le pansement de cœurs blessés à cause des querelles politique serait possible. Depuis l’annonce de sa rentrée imminente, les préparatifs se font en coulisse pour l’accueillir en héros. Devant un parterre de militants du FPI, le secrétaire général du parti crée par l’ex présidant a fait une déclaration qui a laissé toute l’assistance en liesse. “Il m’a donné la permission d’organiser son retour pour la mi-mars en Côte d’Ivoire”, a affirmé Adou Assoa, lors de la présentation d’un “Comité national d’accueil”.

A lire aussi : COTE D’IVOIRE : LAURENT GBAGBO MET EN GARDE OUATTARA ET LA CEI 

Si pour le parti au pouvoir, son retour est synonyme de préparation d’un coup de force, le parti est plutôt serein et rassure qu’il n’en est rien du tout. Le secrétaire général du parti s’est s’exprimé à cette occasion. “Certains pensent que nous voulons faire un coup de force. Le président Gbagbo m’a dit : négocie avec le gouvernement pour que je rentre tranquillement en Côte d’Ivoire, pour que cela soit la joie pour tous ceux qui veulent la paix et la réconciliation au pays”, a-t-il souligné, selon TV monde

Certes, la Cote d’ivoire appartient à tous les éléphants et quiconque ne devrait se voir en train de procéder à une quelconque négociation pour s’y rendre. Mais le cas Gbagbo semble encore plus complexe. Cela s’illustre par le fait qu’il devrait y tenir des pourparlers au sommet de l’Etat de telle enseigne que son retour soit pacifique jusqu’à l’organisation de la fête y relative.

A lire aussi : COTE D’IVOIRE – JUSTICE : PROCÈS DE BLÉ GOUDÉ RENVOYÉ. AFRIK-INFORM

Des poursuites judiciaires contre le président Laurent Gbagbo dès son retour ?

Rappelons tout de même que l’historien et président qui a gouverné la cote d’ivoire du 26 octobre 2000 au 11 avril 2011 annonce son retour au moment où, Kouadio Konan Bertin le tout nouveau ministre de la réconciliation nationale nommé au lendemain de la présidentielle, ait prévu d’aller le rencontrer à Bruxelles en Belgique pour discuter des conditions de son éventuel retour au bercail. Pour son épouse, Simone Ehivet Gbagbo, “Il a le droit de revenir dans son pays. On doit le laisser revenir dans son pays (…) il veut rentrer dans son pays et les Ivoiriens ici l’attendent”, martelait-elle sur France 24 en septembre 2020, relativement au chef d’accusation porté contre lui sur le braquage de la BCEAO.

A lire aussi : COTE D’IVOIRE : LES MILITANTS DU FPI MANIFESTENT EN FAVEUR DU DROIT DE VOTE POUR LAURENT GBAGBO.

Il aurait l’obligation de se plier au jeu de négociation. Sans quoi, le gouvernement pourrait ne pas accorder que son avion foule le tarmac de n’importe quel aéroport du pays, comme ça avait été le cas avec Guillaume Soro, l’ex président de l’Assemblée nationale. Pour Dr Bertin, « Si Gbadgo rentre en Côte d’Ivoire sans négocier avec Ouattara, il sera arrêté et juger pour pillage de la BCEAO lors de la crise postélectorale. » C’est en effet un procès pendant depuis 2012. Il estime par ailleurs que l’unique solution pouvant garantir la liberté de ce dernier une fois qu’il sera de retour.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site internet pour recevoir automatiquement nos articles.

Afrik-inform.com, l’information en un clic