Halluin

France : Blaise Metangmo, le camerounais élu maire adjoint de la ville d’Halluin.

by Carlos Mauzaire
0 comment

Il n’est souvent pas évident ou du moins récurrent de voir des africains avoir des postes conséquents à l’international. Mais la détermination, le courage et le mérite sont entre autres les seuls moyens à partir desquels l’on peut se hisser au sommet. Au vu de sa forte capacité d’adaptation et d’intégration, Blaise Metangmo, est le franco-camerounais qui a été élu 1er adjoint au maire de la ville d’Halluin dans la métropole Européenne de Lille en juillet 2020.

D’origine camerounaise, il est marié et père de 3 enfants. Le natif de l’ouest du pays est à la base un ingénieur des eaux, forêt et chasse sortie de l’université de Dschang. Il est également diplômé en gestion, traitement et valorisation des déchets de l’école nationale du génie de l’eau et de l’environnement de Strasbourg en France.

Cumulativement avec sa fonction de directeur commercial d’ Arval, une multinationale qui conçoit et construit les usines du tri et traitement de déchets, Blaise Metangmo siège depuis septembre 2021 comme premier adjoint à la mairie d’Halluin à l’issue du second tour d’une élection largement courue dans la municipalité dans laquelle il officie. Sa victoire avait été contestée en juillet par l’équipe sortante, prétextant que des tags avaient été retrouvés sur les murs de la ville au lendemain de l’élection.

Ajouté au faible nombre de voix en écart (92voix), la liste sortante avait alors saisi le tribunal administratif qui avait approuvé l’annulation confirmée par le conseil d’Etat après appel. Dès lors, les élections avaient donc été reprogrammées pour le mois de septembre. Ce n’est donc pas la reprogrammation qui aura empêché à l’équipe dans laquelle se trouvait Blaise de remporter à nouveau haut la main avec un écart de 1600 voix.

Elu donc pour un mandat de 6 ans selon la législation française, la ville d’Halluin aura un total de 35 conseillers municipaux avec 29 pour l’équipe gagnante et 6 de l’opposition avec comme maire Jean-Christophe Destailleur et 10 adjoints avec Blaise Metangmo comme premier adjoint.

Le camerounais Blaise Metangmo, 1er adjoint au maire de la ville d’Halluin en France, élu en juillet 2020.

Rappelons que Blaise Metangmo n’appartient à aucun parti politique et a déposé une candidature indépendante pour cette dernière élection. Il est d’ailleurs connu au Cameroun tout comme en France comme étant un acteur de la société civile pour sa forte implication dans les associations à caractère humanitaire. Il convient de dire que ce dernier a été pendant de nombreuses années, et ce, jusqu’à son élection, président de l’association Elans avec à son actif plusieurs réalisations au Cameroun, notamment achats des tricycles pour déchets, achats des camions benne pour déchets, installation d’une usine de traitement des déchets à environ 600 millions CFA ( financée par la multinationale ar-val ) dans la ville de Dschang, l’organisation des déchets dans la ville de Mbouda à l’ouest Cameroun, de nombreux projets réalisés en partenariat avec l’ONG Tockem dans l’arrondissement de Nkonzem dans le domaine de la santé, de l’éducation, du parrainage d’enfants orphelin etc…

Avec cette élection, le maire Blaise Metangmo qui a une très grande passion pour le bénévolat a annoncé des facilités pour les projets dans l’avenir entre autres avec le Cameroun sa terre natale au-delà du jumelage des villes d’Halluin et l’arrondissement de Nkongzem dans le département de la Menoua.

L’intégration de l’adjoint au maire à son arrivée en France

Si pour d’aucuns, vivre sur une terre étrangère est un parcours de combattant, pour Blaise Metangmo, la réalité est tout autre. Il suscite moult interrogations au sein de la diaspora africaine qui y vit depuis de longues années et ne parvient pas à se mouvoir. L’adjoint numéro 1 au Maire de la ville d’Halluin est le prototype de l’intégration dans un pays étranger ; ce qui lui consacre le mérite d’apporter des conseils à l’endroit de ses frères africains.

« Depuis mon arrivée en France en 2002, je ne me suis jamais senti à l’étranger même quand je vais aux Etats-Unis d’Amérique ou n’importe où dans le monde, je me sens partout comme chez moi et c’est ce que je conseille aux africains qui immigres. Il faut respecter tout le monde sans juger les gens ni les consciences et vous vous en sortirez modestement comme moi avec un travail. Dans le monde d’aujourd’hui, il faut avancer et non pleurnicher sur les difficultés, toujours avoir la force d’adaptation », conseille t-il aux africains et précisément aux camerounais.

Carlos Mauzaire, correspondant Afrik-inform USA – Canada

#Halluin #France

Leave a Comment