France : Macron est-il coupable de sa claque notoire ?

France : Macron est-il coupable de sa claque notoire ?

by Abdoulaye Raman
0 comment

La France en sa majorité et plus que jamais représentée par la classe politique s’est quelque-peu montrée solidaire à Emmanuel Macron après qu’il ait reçu une claque notoire d’un jeune homme dans la Drôme mardi 8 juin. C’était en marge d’une visite dans un lycée hôtelier, dans le sud du pays. Un acte qui à la minute d’après a suscité de multiples interprétations, laissant à la fois compassion et intrigues.

C’est incroyable ! Bien mieux rare. Dans la cinquième République, l’on a vu une opposition faire bloc uni pour apporter du soutien moral au chef de l’État. De Jean Luc Mélenchon en passant par Marine le Pen jusqu’à François Hollande, la presse française en a eu de de quoi faire des colonnes ce mercredi 9 juin. Le chef de l’État a été victime de la sociabilité dont il a voulu faire montre au sortie d’une école hôtelière au sud de la France en marge d’une visite. Bien qu’ayant autour de lui un cordon sécuritaire, l’homme de l’Elysée n’a pas pu échapper à la gifle sur de le visage de cet individu qui l’a d’abord empoigné le bras avant d’accomplir sa besogne. Une vidéo qui alimente les commentaires dans tous les réseaux sociaux en Europe et même en Afrique. Et, ce qui inquiète le plus, c’est le fait que cela soit arrivé à l’un des présidents le mieux protégé.

Avant que la vidéo ne se soit partagée tel un bout de pain un peu partout dans le monde, le premier ministre Jean Castex a lancé un appel pour interpeller tout la république au au regard de ce geste jugé ignoble. « J’en appelle à un sursaut républicain, nous sommes tous concernés, il en va des fondements de notre démocratie », a réagi le premier ministre, Jean Castex.

Les deux auteurs de cet acte ont été placés en garde à vue et encourent trois ans d’emprisonnement et une amende de 45000€ ; soit 29 250 000 FCFA environ. Il est accusé de « violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique ». Si la classe politique française semble mettre aux grands jours un cri unanime, condamnant à l’envie un geste inqualifiable envers le chef de l’Etat, il paraît tout aussi clair que, bon nombre se sont également joints mais avec beaucoup de réserve et même d’intrigues.

Invité sur le plateau de Face à l’info de la chaîne de télévision Cnews, le célèbre chroniqueur Eric Zemmour est revenu sur le sujet avec beaucoup de regrets, « condamnant cet acte » sans réserve. Bien plus, le journaliste ne s’est pas arrêté là. Il est allé au-delà de l’indignation pour le moins collective. Il estime qu’Emmanuel Macron doit assumer la responsabilité de cette attaque. « Il a lui-même désacralisé sa fonction, il n’a lui-même pas respecté sa fonction », estime l’homme qui d’ailleurs est sollicité par plus d’un pour occuper cette éventuelle fonction.

Emmanuel Macron giflé par un homme lors d'un déplacement dans la Drôme

Avec emphase, Eric Zemmour à travers certains aspects démontre que Macron est coupable de ce qui lui arrive. Cela pourrait être illustré avec la présence, sur le parvis de l’Elysée lors de la fête de la musique en 2018, d’un groupe de musique gesticulant au cœur du pouvoir français ; la photo le mettant en scène avec deux habitants de Saint-Martin faisant des gestes grossiers et la cerise sur le gâteau, la récente vidéo qui déambule d’un réseau social à un autre, et, faisant du patron de l’Elysée l’homme le plus populaire de la journée vu les statistiques grimpantes sur de nombreuses plateformes cybernétiques.

Tous ces obstacles suscités, constituent considérablement selon Éric Zemmour autant d’atteintes à la dignité de la fonction présidentielle. Or, le chroniqueur considère le président de république comme étant le roi ; on pourrait d’ailleurs l’assimiler au général de Gaulle ou par extension, comme son jumeau post-révolutionnaire.

« Il est président de la République, il est le roi, surtout dans la conception française des institutions politiques », affirme Eric Zemmour. De manière emphatique, il est revenu sur le fait qu’ Emmanuel macron s’est « lui-même désacralisé », tant par ces imbroglio susmentionnés que par le fait de vouloir jouer les “grands cœurs” en allant vers des individus dont la moralité est douteuse.

Zemmour estime tout de même que « Son comportement dans la rue » n’est pas à l’image de plus haute responsabilité institutionnelle qu’il porte aux yeux de ses compatriotes. Plus loin, dil rajoute que Macron ne devrait pas « interpeller les gens dans la rue ».

Pour rappel, cet acte de violence vient selon une certaine opinion appuyer l’idée selon laquelle la république va mal, au point où un individu en vient à violenter le chef de l’État. Si pour certains cet acte vient démontrer combien les citoyens français sont névrosés du fait que le pays ait essuyé de la honte ces dernières années à cause de l’indélicatesse et l’arrogance du chef de l’État, Emmanuel quant à lui met la claque qu’il a reçue dans un registre de détails ; ce qui ne l’a d’ailleurs pas empêché de poursuivre son déplacement.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site internet pour recevoir automatiquement nos articles.

Afrik-inform.com, l’information en un clic.

Leave a Comment