Guinée Conakry : l’interdiction du port du voile en salle d’examen tente de diviser les musulmans.

Guinée Conakry : l’interdiction du port du voile en salle d’examen tente de diviser les musulmans.

by Abdoulaye Raman
0 comment

La question de l’interdiction du port du voile chez les filles et les femmes en salle d’examen prend des proportions considérables au sein des populations guinéennes. Les religieux se sont saisis de la situation après qu’une jeune fille ait choisi de s’exclure de la salle d’examen plutôt que de retirer son voile. Les raisons de cette interdiction remonte en 2015.

D’entrée de jeu, il n‘existe pas en Guinée, une loi qui interdit le port du voile dans les espaces publics. C’est ce qui crée des vagues d’indignation bien que les plus aguerris en matière d’islamisme ne trouvent pas de mal à ce que la femme ou la fille prenne congé de son voile, le temps d’un examen. «Elle a préféré son voile à la connaissance, elle a exagéré et ça ce n’est pas bon. Le voile est normal, c’est une recommandation divine, mais elle devait l’enlever pour faire l’examen. Parce que si elle voyage maintenant à Paris, elle ne va pas monter dans l’avion sans enlever le voile », s’indigne Elhadj Saliou Camara, Imam de Conakry, ayant à sa charge une large communauté musulmane.

Pour ce religieux, il n’a pas de raison pour cette jeune fille de louper cet examen sous le prétexte qu’elle ne veut pas retirer son voile. « Est-ce que si elle tombe malade et qu’elle va à l’hôpital elle ne va-t-elle pas enlever le voile ? Qu’est ce qui l’empêche d’enlever son voile pour faire une heure d’examen pour le remettre après ? Ça c’est dangereux et ce n’est pas bon », s’interroge t-il avant de conclure que « C’est vrai que c’est une recommandation divine, mais ce n’est pas comme cela on fait. Elle est mal informée».

En Guinée Conakry, depuis la dernière semaine du mois de juillet, la communauté musulmane se dit stigmatisé du fait que les autorités refusent à leurs enfants de mettre du voile, et précisément en salle d’examen officiels. Celles qui arborent durant l’année scolaire des voiles dans leurs différents établissement scolaires sont surprises de ne pas être admises en salle d’examen cette année.

En effet, ce qui vient remettre la question de cette interdiction du port du voile au gout du jour, c’est le fait qu’une jeune fille, candidate au BEPC ait choisi de rater son examen plutôt que le retirer et avoir accès à la salle. Une attitude de cette dernière qui a remonté les dignitaire religieux.

Si pour d’aucuns il est tout à fait normal pour les surveillant de mettre hors des salles d’examen des fille ayant des voiles sur la tète, il faut mentionner que cela revêt d’un caractère incongru pour plus d’un. Ils arguent au passage que cela ne s’inscrit aucunement dans le cadre de la légalité car n’existant pas comme étant une loi de la république.

« Est ce qu’il existe une loi en Guinée qui interdit le port du voile intégral en milieu scolaire ? Si non, sur quelle disposition légale, des délégués se basent ils pour empêcher une fille/femme voilée de passer son examen alors qu’elle a étudié toute l’année avec cet habit ? » s’interroge également Alghassimou, un bloggeur guinéen. Sur la question de l’intégration des valeurs confessionnelles du pays, il estime que le pays confond tout. « J’ai l’impression qu’en Guinée, les dirigeants pensent que laïcité signifie s’attaquer au voile », déclare t-il.

Avec la recrudescence du terrorisme en 2015 en Afrique subsaharienne, le président Alpha Condé, soucieux de la préservation des populations guinéennes au vu des attentats perpétrés par des femmes voilées en public, avait décidé d’une éventuelle interdiction du port du voile. Il devait ainsi rejoindre le Cameroun et le Congo Brazzaville dans ce sillage.

Un phénomène qui met en branle tout le pays. La guinée est constituée majoritaire de musulmans. Pour une partie non négligeable des citoyens, il est inconcevable qu’une pareille interdiction se mette en travers de la pratique de l’islam.

“Ces personnes qui font du mal, qui se déguisent en noir pour perpétrer des attentats, détruisent les biens des autres au nom de l’Islam, alors que ce qu’ils font n’a rien à voir avec l’Islam. C’est pourquoi, je veux interdire ce port de voile intégral”, avait-il justifié sa décision en langue locale en 2015 sans pour autant fixer une date relative à l’application de l’interdiction tout en rappelant que les terroriste le plus souvent se déguise en femme sous des voile noirs.

Pour rappel, des attentats se sont multipliés en 2015 et dans plusieurs cas, c’était des hommes déguisés en femme qui les perpétraient. Le Nigéria, Cameroun, Tchad et même le Niger ont dans le cas d’espèce subi la barbarie des femmes kamikazes, appartenant aux groupes armés se réclament de Boko Haram. Mais le moins que l’on puisse dire, aucun attentat du type n’a encore été perpétré sur le territoire guinéen.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site internet pour recevoir automatiquement nos articles.
Afrik-inform.com, l’information en un clic.

#Actualités #Information #GuinéeConakry #PortduVoileEnGinée

Leave a Comment