Guinée : Ismaël Condé écope de trois ans de prison pour avoir offensé Alpha Condé.

by Abdoulaye Raman
0 comment

Ismaël Condé, l’ancien membre du parti d’Alpha Condé, a été condamné jeudi à trois ans d’emprisonnement ferme pour avoir offensé le chef de l’Etat. Son tort, il s’était opposé à la réélection de l’actuel de l’Etat pour un troisième mandat consécutif, déclarant que seules les armes pourraient faire partir l’actuel président du pouvoir.


Entre abus de pouvoir et application des lois de la république, les avocats sont départagés face à cette situation. Âgé de la trentaine, Ismaël entre au sein du Rassemblement du Peuple Guinéen (RPG) à l’age de 14 ans. Fervent militant, il va s’attirer la foudre dessus lorsqu’il décidera non seulement de quitter le navire RPG, mais aussi de s’irriter après que son parrain Alpha Condé ait décidé de briguer un autre mandat en octobre 2020.

Lire aussi : GUINEE : DES EMISSAIRES DE L’ONU, DE L’UA ET DE LA CEDEAO POUR APAISER LES TENSIONS.


En effet, l’opposant historique de la Guinée élu en 2005 et réélu en 2015, avait décidé de faire modifier la Constitution afin de briguer un troisième mandat, celui d’octobre 2020. Pendant ce temps, celui qui était devenu premier adjoint au maire d’une commune de Conakry, est passé à l’opposition. Il est donc considéré à partir de ce moment comme étant un transfuge.


Pour mieux comprendre ce problème, il faut remonter jusqu’à la dernière échéance électorale. Alors que les opposants parmi lesquels le plus téméraire Cellou Dallein Diallo contestaient le troisième mandat d’Alpha Condé, l’adjoint au maire Ismael Condé laisse un message belliqueux sur son compte twiter.
Pour rappel, il était déjà détenu durant au moins 9 mois pour escroquerie et acquitté par la suite. “Je regrette ces propos qui m’ont valu d’être détenu pendant neuf mois et je demande la clémence du tribunal. Alpha Condé, je l’ai aimé. C’est lui qui m’a appris la politique”, avait-il dit lors de son procès en juin.

Alpha Condé, actuel président de la république de Guinée Conakry

Lire aussi : Afrique – incarcération des opposants : sont-ils des menaces pour les partis au pouvoir ?


Jeudi, aux sorties de son procès au cours duquel le tribunal l’a frappé de trois ans et quatre mois de prison ferme, l’opposant a eu l’occasion de se confier aux journalistes avant de monter dans le fourgon devant le ramener à la prison. “Ce qui m’oppose aujourd’hui à lui, ce sont des principes et des valeurs démocratiques auxquels nous avons tous souscrit dans un passé récent”, a-t-il dit, en présentant à Alpha Condé ses “sincères excuses pour ces injures et offenses”.


Amnesty International, l’ONG a accusé le pouvoir d’Alpha Condé d’avoir entrepris d’arrêter arbitrairement des opposants avant, pendant et après les élections. Elle ne manque pas d’ailleurs de préciser qu’il est responsable de la mort de détenus en prison, des affirmations qui sont bottées en touche par le gouvernement.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site internet pour recevoir automatiquement nos articles.
Afrik-inform.com, l’information en un clic.

Leave a Comment