Intégration Régionale : Que vaut le principe de libre -échange dans les Communautés sous – régionales ?

by Franck Bekima
0 comment

Les chefs d’État et de gouvernement des pays membres de l’Union africaine (UA) ont officialisé l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), au début du mois de juillet 2019 au Niger.

Une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine (UA) ont officialisé le 7 juillet 2019 à Niamey, au Niger, l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), faisant du continent la plus grande zone de libre-échange au monde avec un marché potentiel de 1,2 milliard de personnes représentant un produit intérieur brut (PIB) de deux mille cinq cents milliards de dollars dans l’ensemble des États membres de l’UA.

On note, cependant, des disparités dans l’intégration économique des différentes régions du continent, étape principale de son développement. Et on peut dans ce cas considérer la ZLECAF comme une opportunité commerciale intéressante pour l’Afrique centrale.

A lire aussi :AFRIQUE : CES CHEFS D’ÉTATS AFRICAINS TOUJOURS CONTESTÉS, MAIS JAMAIS DÉTRÔNÉS

la zone de libre-échange a vocation à améliorer le marché grâce au démantèlement des barrières tarifaires par exemple, l’Afrique centrale a du chemin à parcourir pour bénéficier des opportunités de ce procédé. En cause, notamment les systèmes productifs des pays de la zone CEMAC , qui ne leur permettent pas, en l’état actuel, de valoriser une zone de libre-échange.

Les pays de la zone n’ayant pas grand-chose à vendre, qui ne serait pas entravé par les droits de douane et un volume des échanges entre les pays de la CEMAC très insignifiant.

Au sein de l’espace CEDEAO, la ZLECAF s’ajoute ainsi à des accords commerciaux régionaux existants. En effet, l’espace CEDEAO est probablement la région ayant le plus grand nombre d’accords juridiques tels que le Protocole de la CEDEAO sur la libre circulation des personnes et des biens ou le Schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO , son principal outil opérationnel pour promouvoir l’Afrique de l’Ouest comme zone de libre-échange. En pratique cependant, la mise en œuvre de ces accords se heurte à de nombreux obstacles opérationnels. La ZLECAF a principalement modifié les relations entre le pays de la CEDEAO et les pays non-membres.

A lire aussi : AFRIQUE : QUE PEUT TIDJANE THIAM AU RWANDA ?

Selon les estimations actuelles, le commerce intra-régional en Afrique ne représentait que 17 % des exportations contre 59 % en Asie et 69 % en Europe. Cependant, ces chiffres négligent l’importance du commerce informel. Les statistiques officielles échouent à rendre compte de l’étendue véritable des marchés régionaux. En réalité, l’Afrique de l’Ouest est une région beaucoup plus intégrée.

L’UA estime que la Zlecaf permettra d’augmenter, de près de 60 % d’ici à 2022, le commerce intra-africain et de donner un coup d’accélérateur à l’ensemble de ses économies.

Enregistrer votre adresse e-mail sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.

afrik-inform.com , l’info en un clic.

Leave a Comment