Comté d'Embu

Kenya – Couvre – feu : six policiers accusés de meurtre de deux frères après leur arrestation.

by Abdoulaye Raman
0 comment

Au Kenya dans le centre du pays, des agents de police ont été inculpés de meurtre jeudi 2 septembre après la mort de deux frères. Ils sont décédés après leur arrestation suite à un couvre-feu en vigueur bravé.

Il s’agit d’Emmanuel Mutura Ndwiga et de Benson Njiru Ndwiga, respectivement âgés de 19 et 22 ans. Leur mort a suscité de l’indignation dans le pays et occasionné par la suite des manifestations violentes dans l’optique de dénoncer les sauvageries policières.

Lire aussi : Kenya : Elle décède après avoir été violée par le mari de sa tante.

Ces hommes en tenue dont quatre hommes et deux femmes, ont plaidé non-coupable lors de leur comparution jeudi devant un tribunal de Nairobi. Ils resteront en détention jusqu’à ce que leur demande de libération conditionnelle soit étudiée le 22 septembre.

Selon les témoignages des populations, ces deux frères décédés ont été aperçus pour la dernière fois, le premier dimanche du mois d’août. Sous prétexte d’un couvre-feu de 22h-04H qu’aurait instauré le gouvernement visant à stopper la propagation du corona virus, et dont ils ont violé, ces derniers ont été mis aux arrêts.

Deux jours plus tard, leurs corps vont être découverts par certains membres de leurs familles à la morgue locale, à en croire des groupes de défense des droits. Se dédouanant, la police d’Embu (centre) a argué que les deux frère pour s’échapper alors qu’on les amenait au poste, ont du sauté par-dessus bord d’un véhicule en mouvement, une thèse catégoriquement bottée en touche par les proches des deux victimes.

Leur mort a engendré des dégâts collatéraux dans le comté d’Embu durant les manifestations violentes. Un véhicule de police avait notamment été incendié et au moins une personne est morte après que la police a ouvert des tirs de sommation pour disperser les manifestants.

Depuis la mise sur pied de ces mesures strictes pour barrer la route au covid-19, les associations de défense des droits de l’homme au kenya avance que l’on compte au moins 25 décès suspects. «Nous notons malheureusement qu’il ne s’agit pas du premier décès résultant de l’application par la police des mesures contre le Covid-19», a déclaré le mois dernier le Groupe de travail sur les réformes de la police, coalition de groupes de la société civile.

La police a annoncé Mi-août l’ouverture d’une enquête après la mort d’un chauffeur de moto-taxi de 38 ans. Ce dernier aurait été battu à mort par la police pour avoir enfreint le couvre-feu. Son corps aussi avait été découvert dans le quartier de Kayole, dans l’est de Nairobi. Face à cette situation, les manifestations n’avaient pas manqué d’avoir lieu. Des routes ont été bloquées par des incendies et pillages de magasins également.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.

#Police #Kenya

Leave a Comment