MALI  : MALGRÉ LA PRESSION DE LA CEDEAO, LA TRANSITION PEINE À SE FAIRE…

by Clarisse Ruth Nkondjock
0 comment

<<Nous avons clairement dit à la CEDEAO que nous sommes au service du peuple. Dans la mesure où la majorité a parlé d’une transition militaire, nous avons suggéré qu’on puisse aller dans ce sens>>. Tweet du porte parole du CNSP, le colonel major Ismaël Wague.
Peu à peu les putschistes maliens du 18 août se dévoilent.

A lire aussi :MALI : LA JUNTE MALIENNE REÇUE PAR L’EX-PRESIDENT GHANÉEN JOHN JERRY RAWLINGS

C’est pratiquement un doigt d’honneur que fait la junte à la CEDEAO et à tous les partisans de la reprise du pouvoir par les civils. Jusqu’ici, le conseil national pour le salut du peuple ne s’était jamais aussi clairement exprimé quant à celui à qui il pensait rétrocéder le pouvoir.

Malgré l’embargo complet qui plane au dessus du pays comme une menace, les militaires putschistes ne veulent pas faire la volonté de la CEDEAO d’une part et des puissances occidentales d’autre part. Laquelle volonté est de faire en sorte que la transition soit gérée par les civils. Notons que les populations maliennes s’opposent aux recommandations de la communauté internationale, nombreux sont ceux qui sont favorables au maintien des putschistes pour la transition jusqu’à la rétrocession du pouvoir aux civils.

On espère qu’autant l’éjection d’IBK du palais de Koulouba s’est faite sans heurte, autant il en sera de même pour la transition.

Enregistrez votre adresse sur notre site afin de recevoir automatiquement nos articles.

Afrik-inform.com, l’info en un clic.

Leave a Comment