Manifestations de Mbouda : la mobilisation d’Emmanuel Nganou Djoumessi pour Paul Biya qui choque.

Manifestations de Mbouda : la mobilisation d’Emmanuel Nganou Djoumessi pour Paul Biya qui choque.

by Abdoulaye Raman
0 comment

Alors que la même semaine dans la capitale politique camerounaise, une marche envisagée par un parti notamment le MRC était interdite sous le prétexte de la Covid-19, les citoyens ont été surpris qu’une autre soit autorisée à l’ouest du pays. Il s’agit d’une manifestation initiée par Emmanuel Nganou Djoumessi, le chef de la délégation permanente départementale du Rassemblement démocratique camerounais de Bamboutos ce 31 juillet 2021 pour soutenir le président Paul Biya et son épouse dont le séjour aurait été perturbé à Genève par la diaspora.

Il est claire qu’au Cameroun, toutes les déclarations de manifestations publiques des formations politiques auprès des autorités compétentes ne passent toujours pas comme ne lettre à la poste. Interrogés sur cette situation quant aux raisons pouvant conduire une autorité administrative à interdire une manifestation publique, les avis des militants ou des cadres au sein des différents partis et des membres de la société civile sont mitigés.

La marche a réellement eu lieu à l’ouest. Plusieurs camerounais ont la mémoire fraiche, que c’est toujours à l’ouest du Cameroun qu’un grand rassemblement avait eu lieu dans l’optique de tourner le dos au leader du parti politique sorti deuxième lors de la dernière présidentielle. Sauf que cette fois, cette une marches pour soutenir le locataire du palais d’Etoudi qui serait sous l’emprise des aboiement des camerounais hostiles à son style de gouvernance depuis près de 40 qu’il est au pouvoir.

Marche de soutien au président Paul Biya dans la Région de l’Ouest

Si l’on s’en tient aux différentes banderoles brandies par les jeunes qui ont été rassemblés pour cette marche, la diaspora qui a manifesté à Genève les 17 juillet dernier est « indigne ». en effet, depuis la mi-juillet, le chef de l’Etat Paul Biya est on épouse profite du bon temps dans le traditionnel Hôtel Intercontinental au bord du lac Leman, à quelques encablures du palais des nations.

« Les Bamboutos disent non à une diaspora indigne oui au respect des institutions de la république », peut-on lire sur les banderoles. Ces messages laissent entrevoir l’idée selon laquelle l’homme qui depuis au-moins 39e ans est au palais d’Etoudi ne devrait être perturbé sur quel que sujet que ce soit tant sur le national qu’en dehors du pays. « Un homme: Paul Biya. Un objectif: bâtir le Cameroun avec tous et toutes. Les Bamboutous, peuple épris de paix, tous avec monsieur le président Paul Biya », a-t-on écrit sur les affiches.

Nonobstant les critiques qu’il y’a eu autour de cette manifestation, la satisfaction du ministre camerounais des Travaux Publics était énorme. « Je voudrais d’abord très sincèrement mes camarades du RDPC pour cette exceptionnelle mobilisation, leur enthousiasme. Nous sommes réuni à la vérité d’abord préparer les opérations du renouvellement des organes de base de notre parti et que les opérations commenceront le 7 août prochain. Mais nous sommes conscient de ce que, il va falloir chaque fois réaffirmer notre engagement derrière le président de la République, lui réaffirmer notre soutien. Le contexte comporte beaucoup de défis, il a besoin d’avoir son peuple avec lui et le Bamboutos est avec lui », a déclaré le chef de la délégation permanente.

Autorisation de manifestation publique : « deux poids deux mesures »

L’autorisation de la marche du RDPC sans aucune inquiétude vient démontrer à suffisance que la liberté d’expression au Cameroun peine à se positionner sur la bonne voie. L’administration semble faire croire qu’il y’a des formations politique qui peuvent bénéficier n’importe où et à n’importe quel moment de certaines largesses contrairement à d’autres qui sont réprimés. Joint au téléphone le Dr Louison Essomba s’exprime sur la situation. « Ça remet en cause l’autorisation des manifestations publique au Cameroun. Du deux poids deux mesures. On se rend compte que la marche du MRC avait été refusée pour le 25 juillet, et qu’une marche du parti au pouvoir est acceptée », explique l’universitaire avant de rajouter que « les autorités administratives en charge de la promotion et le développement des libertés publique sont désormais dans une même loge ; c’est-à-dire que refuser systématiquement, les autorisations au partis politique d’opposition et les accorder automatiquement au parti au pouvoir ».

Dans le même temps, au sein du MRC, la marche accordée au RDPC samedi dernier alors que quelques jours plus tôt la leur était refusée, est une pilule amère à avaler. « cette autorisation démontre à suffisance que nous somme dans un Etat dictatorial. Que les camerounais ne sont pas égaux. Nous sommes dans un Etat où la dictature fait la loi, et on applique la loi selon ses humeur », nous confie Alex Nguepi, cadre au sein du MRC. il estime par ailleurs que le fait pour les autorités d’avoir accepté cette marche du RDPC sur la même période voudrait tout simplement signifier qu’ « à Mbouda les gens sont du bétail électoral».

Bien plus, Alex Nguepi dit que si le gouvernement a refusé les marches du MRC prétextant que les risques de contamination de covid-19 planent, alors il faudrait que l’interdiction de manifester soit valable pour tous les partis politique sans exception. A moins que cette mobilisation dans cette partie de l’ouest du Cameroun soit une insulte pour ceux qui ont participé.

Enregistré votre adresse e-mail sur notre site internet pour recevoir automatiquement nos articles.
Afrik-inform.com, l’information en un clic

#Actualités #Marche #De #Soutien #Au #Président #Paul #Biya #MRC

Leave a Comment