MAROC: UNE TENTATIVE D’ENTRÉE DANS UNE ENCLAVE ESPAGNOLE CAUSE LA MORT DE 18 MIGRANTS.

by Bertrand Wandji
0 comment

Le drame s’est produit vendredi, alors que plus de 2000 migrants se bousculaient pour entrer dans l’enclave espagnole de Melilla, au nord du Maroc.

D’après un bilan dressé par les autorités marocaines, 18 personnes ont perdu la vie vendredi matin au nord du Maroc, alors que près de 2000 migrants tentaient d’entrer dans l’enclave espagnole de Melilla.

« Treize migrants en situation irrégulière blessés lors de l’assaut contre la ville de Melilla sont décédés dans la soirée des suites de leurs graves blessures », a indiqué vendredi soir à l’AFP une source des autorités de la province de Nador.

Un premier bilan de ces mêmes autorités faisait état de cinq morts et 76 blessés, dont 13 grièvement, parmi les migrants, et de 140 membres des forces de l’ordre blessés, dont 5 grièvement.

Les victimes ont trouvé la mort “dans des bousculades et en chutant de la clôture de fer” qui sépare l’enclave espagnole du territoire marocain, lors d’un “assaut marqué par l’usage de méthodes très violentes de la part des migrants”, a précisé la même source. Contactée par l’AFP, la Garde civile espagnole, qui surveille l’autre côté de la clôture, a assuré ne pas avoir d’informations sur ce drame, renvoyant vers le Maroc.

Lire aussi : Maroc : Intelcia rachète Unisono, le n°5 espagnol de la relation client.

La préfecture de Melilla a seulement indiqué pour sa part que 49 agents des forces de l’ordre espagnoles avaient été blessés légèrement vendredi au niveau de la frontière, tout comme 57 migrants à des “degrés divers”, dont trois ont dû être pris en charge au sein de l’hôpital de l’enclave espagnole.

D’après un journaliste local sur place au Maroc et dont les propos ont été rapportés par L’AFP, situation était calme à Melilla vendredi dans la soirée. L’ensemble des blessés ont été transférés à l’hôpital Al Hassani de Nador et au Centre hospitalier universitaire d’Oujda (nord-est) pour y être soignés.

Cette tentative d’entrée massive dans l’une des deux enclaves espagnoles est la première depuis la normalisation mi-mars des relations entre Madrid et Rabat, après une brouille diplomatique de près d’un an.

La crise entre les deux pays avait été provoquée par l’accueil en Espagne du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, Brahim Ghali, en avril 2021, pour y être soigné du Covid-19.

#Maroc #Migrants