KENYA – SOCIÉTÉ : DÉCÈS DU DEUXIÈME PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE.

by AFRIK INFORM
0 comment

Très tôt dans la matinée de ce 4 février, l’actuel président Kenyan Uhuru Kenyatta et la famille de l’ancien président Daniel arap Moi, ont annoncé le décès de ce dernier à l’âge de 95 ans. Il fut président du Kenya de 1978 à 2002.

Par Yves Konan Camara

contact@afrik-inform.com

En effet, c’est dans une dépêche présidentielle de ce mardi 4 février que l’annonce a été rendue publique. “C’est avec une profonde tristesse que j’annonce le décès d’un grand homme d’Etat africain, Son Excellence Daniel Toroitich Arap Moi, le deuxième président du Kenya”, a indiqué M. Kenyatta.

L’ex président Daniel Arap moi, avait succédé au père de l’indépendance kényane Jomo kenyatta à sa mort en 1978. Jomo Kenyatta était le père de l’actuel président Uhuru Kenyatta. De formation, Daniel Arap Moi était instituteur. Il a été un des leaders dans la lutte pour l’indépendance du Kenya, et un fervent panafricaniste, à en croire le président Uhuru, qui n’a pas manqué d’affirmer qu’il mérite d’être placé au rang des plus grands panafricanistes qu’a connu le continent africain.

A cet effet, le président de la république a ordonné que les kenyans du monde entier et tous les africains, observent une minute de silence en la mémoire de cet illustre disparu, ceci chaque jour jusqu’à ses funérailles. D’ici là, les drapeaux seront hissés à mi-mât sur tous les bâtiments publics en signe de respect.

A lire…KENYA – PRESIDENTIELLE : DEUX RECOURS RISQUENT DE FAIRE ANNULER L’ELECTION DE KENYATTA.

L’ancien président est décédé “aux petites heures du matin ce 4 février 2020 à l’hôpital de Nairobi, en présence de sa famille”, a ajouté la même source.

Un des enfants de l’ancien président, le sénateur Gideon Moi, a confirmé le décès à 05h20 mardi matin (02h20 GMT). “Il est décédé paisiblement, j’étais à ses côtés, et en tant que famille, nous avons accepté”.

Le long règne de Daniel arap Moi a été vite marqué par le durcissement d’une répression que maniait déjà Jomo Kenyatta, le musellement de la dissidence, des détentions arbitraires, des opposants torturés et la corruption. Un système de parti unique est instauré en 1982.

Daniel arap Moi se posera comme un farouche opposant au multipartisme, qu’il finit par rétablir sous la pression du clergé, de la société civile et de la communauté internationale pour les élections générales de 1992.

Leave a Comment