le pèlerinage à la Mecque à l’épreuve de la pandémie du Covid-19.

Monde : le pèlerinage à la Mecque à l’épreuve de la pandémie du Covid-19.

by Abdoulaye Raman
0 comment

60 000 pèlerins en 2021 est le plafond fixé par les autorités saoudiennes. Ça aura été très pénible pour le casting des potentielles personnes à s’y rendre, mais au final, le Hadj débutera ce 17 juillet de s’achèvera le 22 juillet 2021. Il s’agit du cinquième pilier de l’islam.

Rencontrant le chef de la représentation Saoudienne Abdalelah Mohammed A. Alsheaiby en mai dernier, le ministre Atanga Nji de l’Administration Territoriale, président de la commission nationale du Hadj a discuté des nouvelles modalités de déplacement de ses compatriotes pour l’Arabie Saoudite. Sauf que cette fois, comparativement aux années antérieures, le nombre de personnes qui s’y sont rendues est considérablement réduit. Raison, la pandémie du Covid-19 qui dicte jusqu’à date sa loi dans le monde.

Le Ministre Atanga Nji et l’Ambassadeur de l’Arabie Saoudite au Cameroun.

La survenance de cette maladie en janvier 2020 en chine, pays d’Asie a créé une crainte révérencielle dans les quatre coins du monde. L’année dernière, seules 1000 personnes ont été autorisées à avoir accès au lieu sacré de la Mecque et ceci se passait uniquement entre les dignitaires du pays. Contrairement aux années précédentes où l’on avait facilement plus de 2 millions de pèlerins autour de la Ka’aba.

« Le Hadj devra s’organiser conformément aux contrôles et aux normes qui assurent la santé et la sécurité des pèlerins pour effectuer leurs rituels facilement », expliquait l’agence de presse saoudienne en mai dernier, au plus fort des doutes qui pesaient sur les risques de l’annulation du pèlerinage en raison de résurgence de la pandémie.

A lire aussi : https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20210716-à-la-mecque-un-grand-pèlerinage-strictement-encadré

Des conditions des participations au grand pèlerinage de 2021.

Déjà, il faut une fois de plus rappeler que si les responsables saoudiens ont accepté d’accueillir des fidèles musulman pour l’accomplissement de cet autre acte d’adoration, il n’en demeure pas moins qu’il y ait des restrictions à la fois pour le nombre limite de personnes, de la catégorie des personnes autorisées et des mesures médicales de prévention à observer pour éviter de propager le virus.

« L’Arabie Saoudite a autorisé en avril dernier les musulmans vaccinés ou qui ont guéri de la Covid-19 à effectuer l’Omra (« petit pèlerinage » qu’il est possible d’accomplir à n’importe quel moment de l’année). Il est fort probable que les mêmes règles s’appliquent au hajj » ; confiait un agent de voyage pour l’Umra, un « petit pèlerinage » que tout musulman peut effectuer à tout moment au courant de l’année. Cette affirmation est justement parallèle aux dispositions prises pour le grand pèlerinage qui se poursuit à partir de ce 17 juillet jusqu’au 22 juillet soit deux jours après la célébration de l’Aïd El Kébir.

A lire aussi : http://www.minat.gov.cm/index.php/fr/le-ministere/principaux-acteurs?id=1429

Si l’on s’en tient à la déclaration faite par le chargé de la santé saoudienne les 60 000 pèlerins à recevoir sont repartis tels que 45 000 de l’extérieur du pays et 15 000 à l’intérieur du royaume.

La tranche d’âge de 18 à 50 est est ce qui a été retenue en rason des normes sanitaires recommandées par les autorités saoudiennes dans toutes les représentations diplomatiques.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.
Afrik-inform.com, l’information en un clic.

#Actualités #Informations #Pèlerinage #PaulAtangaNji

Leave a Comment