NIGERIA – SÉCURITÉ PUBLIQUE : POLICE CRIMINELLE, ENTRE LE MARTEAU ET L’ENCLUME.

by Franck Bekima
0 comment

Le Nigeria a dissout la force de police spéciale au centre des contestations contre les bavures policières.

C’est une directive présidentielle spéciale qui ordonne la dissolution immédiate de l’Escouade spéciale SARS ( unité de la police créée il y a près de 30 ans au Nigeria et spécialisée dans la lutte contre la criminalité, l’équivalent de la BAC en France. Sauf qu’au fil des mois, la SARS a complètement dérivé : arrestations illégales, racket de la population, et même soupçons de torture et de meurtres.)

Les manifestations contre les violences policières ont repris bien que le Président nigérian, Muhammadu Buhari, ait engagé certaines mesures devant apaiser les populations.

A l’origine des faits, le 03 octobre dernier, soit deux jours après la fête de l’indépendance du Nigéria, une vidéo a été publiée sur Twitter montrant un homme qui aurait été tué par la police à Ughelli, dans l’Etat du Delta, au sud du Nigeria.

A lire aussi : NIGERIA : 12 HOMMES AUX ARRÊTS APRÈS AVOIR VIOLE UNE FILLETTE DE 12 ANS

La Brigade spéciale contre les vols qui a été initialement mise en place pour lutter contre les crimes violents a, dans l’exercice de ses fonctions, dépassé ses prérogatives pour infliger des sévices aux populations, notamment les jeunes aisés qu’elle soupçonnerait de gagner de l’argent par des moyens illégaux.

Au sujet de cette vidéo devenue virale, des milliers de personnes (hommes, femmes, personnes handicapées, groupes ethniques et politiques différents) ont entamé des manifestations qui se sont muées en protestations contre la SARS. Devant la détermination des manifestations, Mohammed Adamu, l’Inspecteur général de la police (IGP), a annoncé le 11 octobre dernier que le SARS a été dissoute. Le 13 octobre, il a déclaré qu’une nouvelle unité appelée l’Equipe spéciale des armes et tactiques (SWAT), remplacera la SARS mais sa sortie n’a pas calmé les ardeurs des populations. Les policiers de la SARS mis en cause devront être redéployés, indique la présidence, un nouvel arrangement pour remplacer l’équipe est en cours d’élaboration.

A lire aussi : NIGERIA – POLITIQUE : L’ARMEE AFFIRME AVOIR DÉMASQUÉ UN PLAN DE FRAUDE DES ELECTIONS DU 23 FÉVRIER PROCHAIN. AFRIK-INFORM

il est bon de noter que la dissolution de la SARS et son remplacement par la SWAT laissent certaines personnes dubitatives sur leur soif avec la perception que l’unité dissoute a juste changé de nom. Pendant ce temps, les manifestants ne faiblissent pas et retournent dans les rues pour se faire entendre.

Enregistrer votre adresse e-mail sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.

afrik-inform.com, l’info en un clic.

0 comment

Leave a Comment