OMS

RD Congo : des responsables de l’OMS abusent sexuellement des femmes pour offrir du travail en échange.

by Abdoulaye Raman
0 comment

Une commission d’enquête indépendante incrimine certains responsables de l’Organisation Mondiale de la santé officiant en République démocratique du Congo, qui abusent des femmes sexuellement pour leur offrir du travail. Ladite commission dénonce également des « défaillances structurelles » et des « négligences individuelles ».

Elles sont plusieurs dizaines de femmes victimes. Désirant des taches qui leur permettront de survenir aux besoins de leurs familles, celles-ci sont à la merci de toutes formes de proposition contraire à leurs convictions. Pour pouvoir avoir du travail, il leur faut selon des responsables de l’OMS passer des jambes en l’air. Celles qui semblent réticentes sont violées et rejetées.

En effet, chargés de lutter contre l’épidémie d’Ebola qui a sévi en RDC entre 2018 et 2020, ces derniers en ont profités pour assouvir ces besoins indignes.

Lancée en 2020 par l’actuel directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, la commission indépendante a fait un compte rendu plutôt sombre sur les états des services en RDC des responsables de cette institution en charge de la gestion des crise sanitaires dans le monde. Ils sont 83 auteurs présumés, dont 21 étaient des employés qui ont été identifiés.

Elle constate « l’ampleur des incidents d’exploitation et d’abus sexuels lors de la riposte à la 10ème flambée d’Ebola, toute chose ayant contribué à accroître la vulnérabilité des +victimes présumées+, lesquelles n’ont pas bénéficié de l’aide et de l’assistance nécessaires qu’exigeaient de telles expériences dégradantes ».

Le regret du directeur de l’OMS

Lors d’une conférence presse relative aux conclusions de la commission d’enquête, Tedros Adhanom Ghebreyesus a tenu à exprimer toute son empathie pour ces familles qui se sont senties blessées par les pratiques indignes de ces hommes qui travaillent sous sa coupole. « La première chose que je tiens à dire aux victimes et aux survivants c’est que je suis désolé. Je suis désolé, désolé de ce qui vous a été imposé par des personnes qui étaient employées par l’OMS pour vous servir et vous protéger », a déclaré le Dr Tedros avec beaucoup de regret, tout en promettant des que des dispositions seront prise afin que ces derniers aient des « conséquences sévères » au vu de leurs actes commis.

C’est une triste situation qui surgit à l’heure où le directeur de l’Oms s’apprête à briguer un nouveau mandat. « C’est un sombre jour pour l’OMS », a reconnu le directeur général. A la question d’un journaliste de savoir s’il comptait démissionner, il a préféré esquiver, mais est toutefois revenu sur le problème qui prévaut. « Je suis allé sur place 14 fois et ce problème n’a pas été soulevé. Peut-être que j’aurais dû poser des questions », a-t-il reconnu.

L’organisation a mis fin, dès la publication du rapport, au contrat de quatre d’entre eux qu’elle employait encore et les autres avaient des contrats de courte durée, a expliqué le docteur Tedros. Ils se verront bannir de tout emploi futur.

En outre, l’OMS transmettra les allégations de viol aux autorités nationales en RDC pour qu’elles enquêtent, ainsi que dans les pays d’origine des auteurs présumés.

Deux hauts responsables ont été placés en congés administratifs “et nous prenons des mesures pour nous assurer que d’autres personnes susceptibles d’être impliquées soient temporairement déchargées de tout rôle décisionnel” dans cette affaire, a-t-il détaillé.

Le patron de l’OMS a aussi indiqué qu’un organisme externe sera chargé d’identifier les manquements individuels au sein de son organisation.

Enregistrez votre adresse e-mail sur site internet pour recevoir automatiquement nos articles.

Leave a Comment