René Emmanuel Sadi : «le Président de la République est une Institution consacrée par la Constitution».

René Emmanuel Sadi : «le Président de la République est une Institution consacrée par la Constitution».

by Larissa Tchinda
0 comment

Suite aux agissements de certains camerounais de la diaspora, notamment ceux de la Brigade Anti Sardinards (BAS), le gouvernement camerounais sort de son silence et appelle au respect de l’institution qu’est Paul Biya, le président de la République.

Ce 15 Juillet 2021, le Ministre de la communication René Emmanuel Sadi via un communiqué du gouvernement a tenu à rappeler à ces fouteurs de trouble, que « Le Président de la République est le Chef de l’Etat ».

Le silence du gouvernement ne pouvait plus durer longtemps. Depuis quelques jours, le président de la république Paul Biya est sujet à des menaces par des camerounais résidants dans la diaspora. Ils reclament son départ en terre de l’Union Européenne et n’entendent pas en rester là.

Mercredi, la BAS a communiqué sur sa détermination à chasser le président de la république de Genève. « Nous vous informons que l’accueil de Mr Biya sur un sol autre que celui camerounais ne sera en d’aucune manière toléré » ; a indiqué le mouvement dans son communiqué.

Face à cette sortie que René Emmanuel Sadi qualifie de « ravité notoire », et qui fait couler ancre et salive, le gouvernement de la République du Cameroun n’a pu rester muet.

Le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement exhorte dans un communiqué, « tous les Camerounais et en particulier ceux de la diaspora, coutumiers des agissements désordonnés, intempestifs et irrévérencieux, à revenir à la morale Républicaine exemplaire, pour exprimer leurs revendications, quelles qu’elles soient, et s’inscrire par là-même dans une démarche constructive et citoyenne, pour l’édification d’un Cameroun digne et respecté, en Afrique et dans le monde. ».

Par cette sortie, le gouvernement tient à rappeler à la diaspora, que le président de la république est une « une Institution consacrée par la Constitution » ; et que par conséquent, il « représente l’Etat dans tous les actes de la vie publique ».

Communiqué du Ministre René Emmanuel Sadi

Mercredi, quelques camerounais des ressortissants des régions dites anglophones du Cameroun, en proie au méso-conflit anglophone, se sont rendus à l’hôtel l’Intercontinental de Genève pour demander sue le président de la république soit expulsé. A leur suite, quelques autres initiatives, à l’instar des Bobbis Tanap, qui ont protesté nues devant l’hôtel avant d’être arrêtés.

Le Chef de l’Etat n’est ni le chef d’une région, ni le chef d’un groupe, ni le chef d’une communauté ou d’une corporation, mais bien le Chef de l’Etat du Cameroun et du peuple camerounais tout entier. A ce titre, où qu’il se trouve, il a droit à des égards et mérite la considération de tous ses compatriotes ; a dû rappeler le gouvernement à ces personnes : « C’est donc dire, qu’attenter à la personne du Chef de l’Etat, c’est porter atteinte au Cameroun et aux Camerounais dans leur ensemble. Forts de cela, tous les Camerounais de bonne volonté, animés d’un esprit patriotique, conscients de leur responsabilité et de la sacralité de la fonction de Président de la République, condamnent sans réserve, les agissements irresponsables de ces compatriotes. De telles exactions, ourdies et orchestrées par des groupuscules hétéroclites et visiblement mal inspirés, portent préjudice, non seulement à celui qui, de par la volonté de l’immense majorité du peuple camerounais, préside avec clairvoyance et bonheur aux destinées de notre nation, mais aussi à l’image du Cameroun et à la dignité du peuple camerounais. » ; A-t-il ajouté.

Des mots et expressions qui jusqu’ici, ne semblent pas émouvoir ces camerounais épris de justice et de libertés. Tous, demandent que le conflit dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest cessent ; que les fonds destinés à la gestion de la crise Covid-19 soient restitués, et les auteurs de malversations jugés ; que le code électoral soit revu ; que les prisonniers politiques soient libérés ; etc.

Et, comme en guise de solution, le gouvernement de la république dans son communiqué, rappelle à ces manifestants, que « la résolution des problèmes auxquels pourrait être confronté notre pays, ne se trouve point hors du Cameroun, mais à l’intérieur du Cameroun, et dans le cadre des Institutions de la République ».

Pour rappel, la BAS prévoit une manifestation le 17 juillet prochain devant l’hôtel Intercontinental de Genève. Le 03 juillet dernier, ils avaient manifestés en France pour demander le départ du président de la république Paul Biya.

Enregistrez votre adresse email pour recevoir automatiquement nos articles.
Afrik-inform, l’info en un clic.

#Information #Actualités #Communiqué_du_Gouvernement #RenéSadi #PaulBiya

Leave a Comment