Sylvie Jacqueline Ndongmo Fouezet, la « Reine de la Paix »

by Larissa Tchinda
0 comment

Dans un monde truffé d’inégalités, lutter contre les violences pour la plupart du temps, à l’égard de la gente féminine, mais aussi agir pour un monde de paix est devenu une nécessité.

Au Cameroun, on compte désormais par milliers, le nombre de femmes qui s’investissent au quotidien dans ce type de combats. Parmi elles, Sylvie Jacqueline Ndongmo Fouezet, faite « Reine de la Paix » dans la communauté Lenalendem du Sud-Ouest du Cameroun en 2021.

À 55 ans, celle dont le défi permanent est de promouvoir le développement par la paix et la participation active des femmes, est la fondatrice sur le plan national, et par ailleurs représentante régionale Afrique du conseil international du Women’s International League for Peace and Freedom. Elle est également Consultante principale de la Mission en Guinée visant à soutenir la structuration du mouvement des femmes dans la prévention des conflits, la consolidation de la paix et l’unité nationale et à renforcer les capacités des femmes en matière de planification stratégique.

En tant que représentante régionale Afrique, Sylvie Jacqueline Ndongmo Fouezet, n’a de cesse d’être dévouée au-delà des exigences attendues par les membres du bureau international pour soutenir les 19 sections et groupes de la région et promouvoir la vision du Women’s International League for Peace and Freedom sur le continent.

Une dévotion qui se traduit notamment par des coachings aux nouvelles sections et aux nouveaux groupes, ainsi qu’aux autres sections qui ont besoin de son soutien notamment sur la gestion organisationnelle et la résolution des conflits, la consolidation de la paix, la prise de décision en matière de paix et de sécurité.

Et parce que les réseaux sociaux sont désormais incontournables Sylvie Jacqueline Ndongmo Fouezet s’en sert au quotidien pour faire passer des messages poignants sur la non-violence. Elle a organisé des campagnes sur les médias sociaux avec des sections et des groupes africains pour appeler à la paix. En voici quelques-unes : la campagne contre les robots tueurs, le message #UnJourUnMessageDePaix, #SocialMediaForPeace, #VRCWILPFAfrica2020, #WilpfAfriquePourLaPaix.

Des actes forts et poignants dont les impacts sont encore perceptibles dans le monde.
Plus d’une douzaine de pays en sont arrivés à rejoindre la campagne “Contre les robots tueurs”, dont un pays non africain, le Liban.


De nombreuses sections et groupes ont pu mettre en œuvre d’importants travaux féministes pour la paix, tels que la salle de situation des femmes, la campagne des robots tueurs, le processus de rédaction du plan d’action national 1325, la mise en place d’un service sociojuridique de conseil et d’orientation instantanée, la création d’un groupe de jeunes influents pour la paix, etc.

En 2021, Sylvie Jacqueline Ndongmo Fouezet a mis en place une clinique d’assistance juridique et judiciaire afin d’apporter des réponses rapides aux violations des droits des femmes et des jeunes défavorisés, y compris la violence liée au genre. La clinique prévient et traite les violations des droits de l’homme de manière opportune, en fournissant des informations juridiques et/ou d’autres aides utiles aux survivants de violences physiques, psychologiques, économiques, etc. Ce service s’ajoute à des programmes de sensibilisation et de formation destinés aux hommes et aux femmes, afin de lutter contre les masculinités militarisées.

Le conflit qui perdure dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun depuis fin 2016, en est également un sujet préoccupant pour la camerounaise.


En 2022, elle va initier le projet de renforcement de l’autonomisation économique et sociale de 600 femmes déplacées internes du NOSO et filles mères des communautés hôtes dans le département de la Menoua à l’Ouest du pays, par le biais d’activités génératrices de revenu.

#Peace #Paix #Sylvie #Jacqueline “Ndongmo #Fouezet

Leave a Comment