Les paturages du Tchad en Afrique centrale

Tchad – La divagation des troupeaux dans les plantations et ses conséquences.

by Abdoulaye Raman
0 comment

L’agriculture et l’élevage sont deux secteurs porteurs au Tchad, et même dans la zone sahélienne. Rares sont les éleveurs qui encadrent leurs troupeaux dans les pâturages, ce qui cause énormément de conflits. Les bêtes sont jetées en pâture par des éleveurs indélicats dans les plantations.

Le Salamat est une des régions du Tchad où le film des affrontements entre des éleveurs et les agriculteurs ont pris corps depuis le mois d’octobre de l’année dernière. Divagation des animaux dans les champs, empoisonnement de ces derniers, confiscation, immolation, tels sont les éléments qui mettent les plus souvent les deux camps dans des affrontements mortels.

A lire aussi : TCHAD : ABSENCE DES ENSEIGNANTS, MANIFESTATION DES ELEVES.

Le 2 janvier dernier, des affrontements ont eu lieu simultanément dans plusieurs plantations aux environs de la localité de Mourraye dans le Tchad à l’issue d’une dévastation d’un troupeau en divagation. Un phénomène qui sacrifie de récurrence le travail de longue haleine effectué par des paysans aux quotidiens et souvent dans des conditions assez précaires ; surtout lorsqu’on sait que peu de terres, sont arables en zone sahélienne.

Les agriculteurs après avoir pris connaissance des dégâts causés par un troupeau négligé par leurs propriétaires ont piqué une colère noire et ont décidé de confisquer les bêtes. Chose que les bergers n’ont pas acceptée. Ne pouvant contenir la douleur, ils n’ont pas daigné tenir informer les autorités compétentes pour un éventuel arbitrage de la situation. Une guerre sans merci a éclaté entre les deux camps.

A lire aussi : TCHAD : UN BILAN NONCHALANT ET ATTÉNUÉ APRÈS 60 ANS D’INDÉPENDANCE.

Les antagonistes se voyant déjà à bout d’effort dans la bataille ont chacun fait appel à des renforts. Ce qui a engendré l’extension des affrontements sur des kilomètres. L’on a donc dénombré ce 2 janvier, onze morts et treize blessés. Ce n’est qu’après quelques heures de tiraillement que les forces de maintien de l’ordre sont intervenues pour contenir les deux camps. Dans la foulée, 12 personnes impliquées dans ce massacre ont été mises aux arrêts après la récupération des armes.

Pour rappel, c’est depuis le mois d’octobre que la région du Salamat fait face à ces genres d’agissement qui ont déjà coûté la vie à plus de 12 personnes. Les autorités administratives sont parfois accusées de connivence avec les éleveurs dont les bêtes détruisent les plantations.

A lire aussi : TCHAD – CORRUPTION : LE PROCUREUR DE MOUNDOU VA EN GUERRE CONTRE LA POLICE. AFRIK-INFORM

Malgré cette tension entre ces deux secteurs de l’agropastoral, il convient tout de même de rappeler qu’ils participent considérablement au grossissement du tissu économique du pays. Au vu de ce qui a aussi eu à se produire dans d’autres pays, il faut dire que des arrangements à l’amiable ont toujours prévalu sur de pareils affrontements mortels.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.
afrik-inform.com, l’info en un clic

Leave a Comment