manifestations au Tchad

Tchad : Mahamat Idriss Deby continue de faire face à la colère de l’opposition et de la société civile.

by Abdoulaye Raman
0 comment

Deby fils traverse une période tumultueuse marquée par la colère de la société civile et du parti d’opposition « Les transformateurs » depuis son accession au pouvoir. Ces derniers estiment qu’il y est arrivé par effraction. Ce 29 juillet, le gouvernement à autorisé d’autres manifestations visant contester la prise illégale de la présidence par le Conseil Militaire de Transition (CMT).

La société civile tchadienne et le parti « les Transformateurs », ont appelé ce jeudi à des manifestations qu’ils ont qualifiées de pacifique. Des centaines de personnes sont descendues dans la rue dans la capitale N’Djamena contre “la confiscation du pouvoir” par le Conseil militaire de transition arrivée au pouvoir immédiatement après le décès tragique du Maréchal Idriss Déby Itno. Le pays est dirigé depuis le 20 avril dernier par Mahamat Idriss Déby Itno, fils du défunt maréchal.

Inclusion et conférence souveraine inclusive, codéfinition et Cogestion de la Transition en révisant la charte, justice Sociale et Protection pour tous, interdiction à ceux qui gèrent la transition d’être candidats pour ne pas être juge et partie, institutions démocratiques codéfinies pour des élections enfin justes et utiles au Peuple, tels sont les différentes réclamations ayant motivé cette marche pacifique.

Contre toute attente, cette manifestation a été encadrée par un fort dispositif sécuritaire des forces de maintien de l’ordre, à en croire l’AFP. La manifestation avait été autorisée sur une avenue, longue de 3 kilomètres, dans le centre de la capitale tchadienne. Tout s’est donc déroulé comme prévu par les organisateurs et chaque manifestant a rejoint au soir sa demeure respective dans de très bonnes conditions.

Lire aussi : Tchad : Mahamat Idriss Deby estime que les rebelles du FACT sont à la solde des étrangers.

A la veille de la manifestation, Succès Masra, le leader du parti « Les Transformateurs » a laissé un message fort évocateur sur sa page facebook à la junte dirigeante au palais présidentiel « Le CMT et l’administration de pré-transition doivent le savoir : nous avons là, la dernière chance pour sauver ensemble le Tchad. Cesser les duperies », a-t-il déclaré. Si pour le moment, il n’y a pas de réponse aux attentes des manifestants, il faut tout de même noter que ce pas en si bon chemin que cette détermination s’arrêtera. Pour Succès Masra, il n’est pas question d’accepter que la monarchie s’installe dans un pays où la démocratie doit triompher.

Les jeunes tchadiens sont à tout jamais engagés et veulent que le Conseil Militaire de transition quitte le pouvoir. « Nous marchons pour exiger le rétablissement de la démocratie et de la justice, gages d’une véritable paix » a confié Narcisse, un jeune de 22 ans, à l’AFP, brandissant une affiche sur laquelle est inscrite « non à la monarchie ».

Lire aussi : Tchad : Succès MASRA remercie les nombreux tchadiens qui ont pris part au grand meeting à la cité des Transformateurs.

Lors des manifestation précédentes qui ont causé des morts et des blessés, des drapeaux Français ont été brulés par des jeunes irrités, estiment que Paris a joué un rôle important dans l’accession et le maintien au pouvoir de de la junte à la tête de laquelle se trouve Mahamat Idriss Deby, fils du défunt maréchal qui aura dirigé le pays des mains de fer durant au moins 30 ans et faisant face à la terreur des rebelles.

Sur des pancartes l’on pouvait donc lire « la France hors du Tchad ».Eu égard à cette implication de de la France par l’entremise d’Emmanuel Macron, la plateforme de l’opposition Wakit Tamma dit qu’elle ne cessera pas de marcher jusqu’à ce que le pouvoir soit remis aux civils. « Nous allons continuer à marcher jusqu’à l’instauration d’un pouvoir civil. La France doit choisir le peuple tchadien comme son véritable interlocuteur et non un petit groupe d’individus, ou elle sera l’ennemi éternel du peuple tchadien », a déclaré Max Loalngar, porte-parole de Wakit Tamma, une plateforme de l’opposition.

Lire aussi : Tchad – Succès Masra invite les partenaires du Tchad à ne pas s’aligner derrière le CMT.

Depuis l’annonce de la mort du président Déby le 20 avril, son fils, âgé de 37 ans, concentre presque tous les pouvoirs. Il s’est arrogé les titres de président de la République et de chef suprême des armées. Il a promis des élections “libres et démocratiques” dans une période de 18 mois renouvelable, mais sans exclure une prolongation de la transition.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site internet pour recevoir automatiquement nos articles.
afrik-inform.com, l’information en un clic

#Mahamat #Idriss #Deby #Tchad #Fact #rebelles #Transition #France #CMT

Leave a Comment