Tchad – Présidentiel : la victoire de la démocratie, victoire du boycott, le pouvoir et l’opposition se déchirent.

by Abdoulaye Raman
0 comment

Après au moins deux semaines de campagne électorale en vue de la présidentielle de dimanche, les électeurs se sont rendus dans les urnes. Le parti du maréchal, président sortant au pouvoir depuis 30 ans et qui brigue un sixième revendique la victoire de la démocratie tandis que l’opposition crie à la victoire du boycott dans le cadre cette élection.

Ce sont au total 7.388.348 électeurs, dont 49,24 % d’hommes et 50,76 % de femmes, qui étaient attendus dans les urnes. Âgé de 68 ans, le maréchal Idriss Déby Itno arrivé au pouvoir le 2 décembre 1990 avec l’appui de la France en remplacement de Hissene Habré veut reprendre le sommet du Tchad pour une sixième fois consécutive. Seulement, le climat électoral n’est pas aussi tendre dans le pays.

A lire aussi : Présidentielle au Tchad : Balthazar et l’UDP dénoncent les railleries et critiquent le Bilan du Maréchal ITNO.

Avant même que la campagne électorale en vue de la présidentielle ne soit lancée, le pays traversait déjà une des turbulences, se matérialisant par la grogne de l’opposition contestant la candidature du président sortant.

Le parti au pouvoir et l’opposition cherchent chacun à faire valoir la volonté qui a été prise en compte par le peuple ce dimanche. D’un camp, la démocratie a eu une victoire et de l’autre, le boycott a vaincu. Dans la foulée, le secrétaire général du mouvement patriotique du salut et par ailleurs directeur de campagne d’Idriss Deby a déclaré à la presse en soirée que : « La démocratie a triomphé. Les Tchadiens ont donné une grande leçon démocratique. Les électeurs ont bravé la distance, la chaleur et le discours de la peur. Un signal politique très fort a été envoyé ».

Le maréchal, lors de la campagne électorale a appelé les électeurs à faire du plein des bureaux afin de l’élire de nouveau. Cela étant, lui-même était sur le terrain pour mobiliser les masses. Son directeur rajoute que : « Les Tchadiens ont démontré à la face du monde le degré de civisme et d’attachement à la démocratie. Cette forte mobilisation des électeurs donne une mesure juste des appels au boycott ». Cela n’a tout de même pas empêché qu’il note qu’il y a eu des “insuffisances mineures” dans l’organisation du scrutin.

Cependant, les avis sont mitigés. Les affirmations de l’opposition sont diamétralement opposées à celle du parti au pouvoir au regard de ce scrutin. Selon l’opposant Saleh Kebzabo, rival historique de M. Déby qui s’est retiré du processus électoral, « victoire importante du boycott » est à saluée. Il a qualifié le scrutin de « simulacre ». Il par ailleurs laissé croire que « nulle part dans tout le pays n’a été constaté une file quelconque d’électeurs en attente, comme on le voit habituellement ». Toujours selon Saleh Kebzabo, « moins de 10 % des électeurs ont fait le déplacement pour voter. »

A lire aussi : Présidentielle au Tchad: Idriss Deby candidat pour un cinquième mandat

Pour tenter de décourager ceux qui entreprendront d’empêcher la tenue des élection, des soldats d’élite aux bérets rouges de la Garde républicaine se sont déployés depuis samedi en grand nombre à des point névralgique et stratégiques de la capitale N’Djaména. Ces policiers quant à eux étaient stationnés près des sièges des partis appelant au boycott.

Pour l’instant, les dépouillements se poursuivent et les résultats provisoires du scrutin seront connus dans deux semaines.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site internet pour recevoir automatiquement nos articles.

Afrik-inform.com, l’information en un clic.

Leave a Comment