présentation de la ville de tunis.

TUNISIE : DES AFFRONTEMENTS, QUATRE JOURS APRES LES 10 ANS DE LA REVOLUTION.

by Abdoulaye Raman
0 comment

Des affrontements entre policiers et populations ont éclaté ce dimanche 17 janvier, soit quatre jours après la célébration du 10e anniversaire de la chute de Ben Ali (révolution tunisienne).

Janvier est un mois où l’on vit régulièrement le théâtre de mobilisations en Tunisie depuis le renversement Ben Ali, ancien dirigeant qualifié de dictateur. De nouveaux troubles nocturnes ont en effet éclaté dimanche en dépit d’un confinement en raison de la pandémie du covid-19 qui plane. Cette période marque en principe l’anniversaire de plusieurs luttes sociales et démocratiques majeures.

A lire aussi : TUNISIE – POLITIQUE : SELON LE GOUVERNEMENT, LES 13 FRANÇAIS ARRÊTÉS A LA FRONTIÈRE SONT DES AGENTS DE RENSEIGNEMENT. AFRIK-INFORM

À Ettadhamen, quartier populaire en périphérie de Tunis, comme dans plusieurs autres banlieues tunisiennes, de nouveaux troubles nocturnes ont éclaté. L’on a observé des jets de pierres contre des tirs de gaz lacrymogènes des forces de maintien de l’ordre essayant de disperser les foules. Les cris de sirène, le gaz lacrymogène et autres n’ont pas pu endiguer cette flambée de violence. Ces jeunes qui manifestent leur ras-le-bol, sont entre autres âgés de 14 à 17 ans. Plusieurs dizaines de jeunes ont été arrêtés après des jets de pierre sur les forces de maintien de l’ordre qu’ils qualifient d’ « ennemis ».

A lire aussi : TUNISIE – PRÉSIDENTIELLE 2019 : QUALIFIE POUR LE DEUXIÈME TOUR, LE CANDIDAT NABIL KAROUI RESTERA TOUT DE MÊME EN PRISON. AFRIK-INFORM

Ces jeunes s’offusquent de la dégradation du climat social. Depuis la chute de Ben Ali début 2011 par un mouvement populaire à cause de son pouvoir répressif, ils espéraient une amélioration considérable des conditions de vie. Le régime de Kaïs Saïed est mis en cause et ils veulent en découdre.

Cette année, l’anniversaire de la chute de Ben Ali a été marqué par un contexte de crise sanitaire qui imposait aux populations un couvre-feu. Sur la toile, les appréhensions vont tout de même bon train. Les tunisiens estiment que ces violences ne sont que la conséquence d’un régime qui a failli sur tous les plans. Ils dénoncent la hausse du chômage qui vient mettre en évidence la défaillance des services publics.

“Ce sont des jeunes adolescents qui s’ennuient qui sont les auteurs de ces violences”, affirme Pour Abdelmonem, restaurateur aux encablures des commerces qui ont été pillés par ces jeunes « délinquants ». En outre, il estime que “c’est la classe politique qui est la cause de ces tensions”, à en croire France 24.

A lire aussi : TUNISIE : HICHEM MECHICHI EN DÉSACCORD AVEC ENNAHDA._

Hormis le visage que la rue propose, il y a aussi les différents partis composant le Parlement qui sont dans de vives tensions. A cela se greffe également le remaniement du gouvernement de ce samedi qui attend un vote de confiance.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.

Afrik-inform.com , l’info en un clic.

Leave a Comment