TUNISIE : PLUS INSECURISEE QUE JAMAIS

by Larissa Tchinda
0 comment

Des centaines de personnes ont manifesté mardi contre la classe politique et la répression policière près du siège barricadé du Parlement à Tunis. En moins d’un mois, c’est l’énième manifestation engagée par les populations pour s’insurger contre la mal gouvernance du pays.

Ils étaient une centaine de manifestants ce mardi près du siège barricadé du Parlement à Tunis. A ce siège justement ; les députés ont validé un large remaniement du gouvernement dans un contexte de tensions politiques.

A lire aussi : TUNISIE : DES AFFRONTEMENTS, QUATRE JOURS APRES LES 10 ANS DE LA REVOLUTION.

Onze nouveaux ministres, dont ceux de l’Intérieur, la Justice ou la Santé, ont en effet été choisis en dépit des controverses sur plusieurs noms et des critiques acerbes du président de la République Kais Saied.
Ce remaniement intervient moins de cinq mois après l’arrivée au pouvoir de l’exécutif actuel, qui a succédé à un autre gouvernement également en place depuis moins de cinq mois. Les législatives de 2019, qui ont abouti à un Parlement divisé en une myriade de partis formant des alliances fragiles, ont accentué l’instabilité.
Plus tôt dans la journée, des manifestants, dont certains ont défilé depuis le quartier populaire d’Ettadhamen, ont été empêchés d’arriver devant l’Assemblée, relégués à une rue adjacente par un très important dispositif policier.

A lire aussi : TUNISIE : DES AFFRONTEMENTS, QUATRE JOURS APRES LES 10 ANS DE LA REVOLUTION.

Les manifestants ont notamment protesté contre la gestion sécuritaire du mouvement de contestation sociale qui a éclaté à la mi-janvier dans des zones marginalisées du pays, au lendemain du 10e anniversaire de la révolution qui a fait chuter le 14 janvier 2011 le dictateur Zine El Abidine Ben Ali.

Plusieurs nuits durant, des jeunes ont jeté des pierres sur la police déployée pour faire respecter un couvre-feu imposé pour des raisons sanitaires. La police a tiré du gaz lacrymogène et arrêté plus d’un millier de jeunes, dont de nombreux mineurs selon des défenseurs des droits humains qui ont dénoncé des abus.

A lire aussi : TUNISIE – POLITIQUE : SELON LE GOUVERNEMENT, LES 13 FRANÇAIS ARRÊTÉS A LA FRONTIÈRE SONT DES AGENTS DE RENSEIGNEMENT. AFRIK-INFORM

Les manifestations se sont également multipliées pour réclamer la libération des personnes arrêtées et une meilleure politique sociale. Dix ans après la révolution, le chômage touche plus d’un jeune sur trois, et les restrictions sanitaires ont accentué la crise sociale en détruisant des dizaines de milliers d’emplois.

Enregistrez votre adresse email pour recevoir automatiquement nos articles.
Afrik-inform.com, l’info en clic

Leave a Comment