Les soldats américains

USA/Afghanistan – retrait des troupes militaires : Washington n’a pas pu tenir face aux talibans ?

by Abdoulaye Raman
0 comment

Après avoir passé au moins 20 ans sur le sol afghan, traversant des périples tumultueux marqués par la guerre contre l’actuel régime de Kaboul, les forces armées américaines et leurs alliés ont résolument plié bagages. Un retrait qui au regard de l’ultimatum donné par les talibans la mi-aout suscite des questionnement au sein de la géopolitique mondiale. Les américains n’ont-ils pas pu démontrer le titre de « première puissance » mondiale face aux talibans?

Les américains auront fait des mains et des pieds pour imposer leur suprématie sur ce sol de l’orient. Entre négociation en amont et passage à la répression par voie militaire, le théâtre de la guerre aura duré deux décennies ensanglantées. Les « maitres du monde » ont déguerpis avec une crainte énormes de perdre encore leurs hommes sur le terrain ; ceci avec l’injonction des nouveaux propriétaires de Kaboul.

L’entêtement des USA aurait pu être fatal, si l’on en tient aux deux derniers attentats revendiqués par les talibans à l’aéroport de Kaboul alors que les différentes représentations diplomatiques s’attelaient à ce que leurs ressortissant gagnent les avions dument affrété pour leurs causes. Ces deux explosions de la semaine dernière a couté 13 militaires aux troupe américaines. Pilule très amère pour Joe Biden qui cogitaient encore sur des voies de négociations avec les talibans afin que la date fatidique du 31 aout soit revue.

Lire aussi : Afghanistan – Diplomatie : Londres supplie les talibans pour l’évacuation de ses derniers ressortissants

Le président des Etats-Unis admis à la maison blanche il y’a 8 mois suffoque à l’effet des critique acerbes du peuple américain qui estime qui a favorisé la perte de la guerre en Afghanistan. Or, il s’agirait tout simplement d’une démonstration de force quasi inconséquente. De 2001 à 2021 le pentagone a perdu au moins 2400 hommes sur le front de guerre. Un chiffre énorme.

La guerre d’Afghanistan commence à partir d’octobre 2001. Elle oppose à cette période les talibans aux États-Unis, avec la contribution militaire de l’Alliance du Nord et d’autres nations occidentales (Royaume-Uni, France, Canada, etc). Après les attentas du 11 septembre 2001 à New-York et Washington le gouvernement Bush entreprend de mener une lutte acharnée contre le terrorisme. C’est ainsi que les formes armées américaine et les alliés vont s’inviter en Afghanistan avec pour objectif la capture du leader Oussama ben Laden et détruire l’organisation Al-Qaïda qui possédait des bases importantes dans le pays sous l’impulsion des talibans, et enfin renverser le régime des fondamentalistes.

Lire aussi : Après les années 2000, les talibans reviennent sur la lutte contre la culture du pavot dont est issu l’opium.

Cela étant, les USA vont dans un premier temps avoir gain de cause dans leur lutte car il parviendront à renverser les taliban en 2001 à la suite des accords de Bonn de décembre 2001 ; ce qui a notamment permis la mise sur pied d’un nouveau gouvernement provisoire dirigé par Hamid Karzai. Difficile de concevoir cette défaite, les talibans engagèrent une guérilla contre la Force internationale d’assistance et de sécurité (FIAS) qui regroupe en son sein les forces armées sous commandement de l’OTAN.

Ce n’est pas l’élection d’Hamid Karzai en 2004 qui fera office de légitimité aux yeux de ceux qui veulent à tout prix reconquérir le pouvoir qui leur a été ravi avec la force. Le nouveau gouvernement élu n’a de l’influence que dans la capitale Kaboul car les autres régions sont acquises aux talibans, et ils y sont très actifs.

L’effectif militaire qui avait investi le sol afghan en aout 2008 est considérable et même plus conséquente par rapport à celui des nationaux, même si l’on y prête une surestimation. Il y avait en effet, 70 000 soldats étrangers en Afghanistan, 53 000 pour la FIAS et 17 000 pour l’Operation Enduring Freedom américaine. Un an plus tard, c’est-à-dire en 2009 le nombre a été porté à 113 000 soldats étrangers, dont 71 000 américains. En 2012 ce sont environ 150 000 soldats étrangers dont 100 000 américains qui y sont présents. En août 2013, 87 207 soldats étrangers y sont encore déployés dont 60 000 américains. Enfin le 15 janvier 2014, il reste 58 129 soldats de la Fias dont 38 000 américains38. Il convient de souligner que ces chiffres n’incluent pas les nombreux employés des sociétés militaires privées (2 000 hommes de la firme britannique Saladin, ceux de Blackwater, etc.).

Les Etats-Unis redouteraient les représailles des talibans ?

L’armée américaine a terminé son retrait d’Afghanistan lundi. Le dernier avion militaire américain, un C-17, a quitté de l’aéroport international Hamid Karzai de Kaboul à 15 h 29, heure de l’Est des États-Unis (19 h 29 GMT, minuit à Kaboul). (19:29 GMT, minuit à Kaboul). L’appareil avait également à son bord le chef de la représentation diplomatique américaine en Afghanistan notamment l’ambassadeur par intérim Ross Wilson.

Lire aussi : Afghanistan : que deviendront les femmes sous les talibans ?

« Le retrait de ce soir signifie à la fois la fin de la composante militaire de l’évacuation et la fin de la mission de près de 20 ans qui a débuté en Afghanistan peu après le 11 septembre 2001 », a déclaré le général Frank McKenzie, qui a supervisé l’opération.

Le départ des USA est perçu comme un aveu d’échec, pour avoir passé 20 ans sur ce territoire pour assurer à la fois ses intérêts et lutter contre le terrorisme dans le pays. Le danger plane désormais sur le sol afghan depuis le retour des fondamentalistes. Pour cela, les étrangers ont afflué dans le seul aéroport Kaboul. En un peu plus de deux semaines, le gouvernement américain a été rompu à la tâche pour évacuer au moins 120 000 citoyens.

Le général Frank McKenzie, superviseur de cette mission souligne depuis le pentagone que durant ces deux décennies, les Etats-Unis ont laissé 2400 hommes dans cette guerre entamée sous l’administration Bush. Si patron de cette lourde opération peut se réjouir de ce qu’ils aient pu évacuer une bonne partie de leurs ressortissant, il n’en demeure pas moins qu’il existe de l’angoisse liée à ceux des américains qui y sont encore. « Il y a beaucoup d’angoisse liée à ce départ. On n’a pas fait sortir tout le monde qu’on voulait faire sortir. Mais je pense que si nous étions restés 10 jours de plus, nous n’aurions pas réussi à faire sortir tout le monde », a déclaré McKenzie.

Des mécanismes visant à convaincre les talibans à accepter que les gens puissent être évacués sont en cours. Après le décollage du dernier appareil de ces militaires et civils américains qui auront travaillé en collaboration avec le gouvernement Hamid Karzai, des tirs en guise de célébration de la victoire ont été entendus dans le camp des pro-talibans.

L’incapacité de Washington à faire face à l’avancée des talibans

Selon ArabNews, Joe Biden et son gouvernement affichent semblent de plus en plus frustrés du fait que le pays intéressé ne soit pas à même de s’imposer dans cette lutte qui la sienne. Les Afghans « doivent avoir la volonté de se battre », « pour eux-mêmes, pour leur nation », a lancé Joe Biden ».

Les américains se sentent donc agacés contre la supposée faiblesse des forces afghanes. Le site va plus loin, disant que ce retrait des américains participe de l’échec de Washington après 20 ans de présence en Afghanistan.

Notons tout de même que le nouveau patron de la maison blanche a affirmé mardi ne pas regretter sa décision de retirer ses troupes du pays en guerre. Il a don au passage un avertissement clair aux autorités de Kaboul. Bien que le rapport de ce qui aura été consacré pour cette guerre par les américain soit contesté par plusieurs observateurs, Washington, affirme avoir « dépensé plus de 1.000 milliards de dollars en vingt ans, entraîné et équipé (…) plus de 300.000 militaires afghans ».

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site internet pour recevoir automatiquement nos articles.

#Talibans #maison #blanche #Joe #Biden #Americains #Afghanistan # OTAN

Leave a Comment