image dans le contexte du contentieux electoral

USA : MAIN BASSE SUR LA MAISON BLANCHE

by Abdoulaye Raman
0 comment

Ultime démonstration de force pour le président sortant, Donald Trump qui s’est finalement trompé. La première puissance au monde, les Etats-Unis d’Amérique, a fait vivre au monde entier ce mercredi un cliché d’une sauvagerie inédite en bafouant le principe élémentaire de la démocratie, celle d’approuver sans réserve la victoire à l’élection d’un adversaire.

L’élection présidentielle américaine est un scrutin indirect permettant l’élection du collège électoral qui choisit le président des États-Unis et le vice-président ; ce processus est régi par des règles inscrites dans la Constitution. Sauf que celui qui était jusqu’ici locataire de la maison blanche à Washington, était loin de s’avouer vaincu par son principal challenger Joe Biden qui attend dès lors sereinement son investiture le 20 janvier prochain, c’est-à-dire dans deux semaines seulement.

A lire aussi : USA/ RON KLAIN : FUTUR CHEF DE CABINET DE JOE BIDEN, PRESIDENT AMERICAIN ELU.

Le congrès a été interrompu par l’intrusion des partisans de Donald Trump au Capitole. Un désordre qui selon les politiques mondiales est innommable et dégradant, car dans l’histoire de ce pays, jamais, l’on n’a vécu ce genre de spectacle. Dan la foulée, l’on dénombre plus de 4 personnes qui en ont payé les frais en perdant leurs vies à l’effet des affrontements. Pourtant, l’on aurait attendu qu’il présente ne fusse qu’une preuve de ce que sa victoire lui aurait été volée, tel qu’il argue.

A lire aussi : USA – PRESIDENTIELLES 2020 : L’HEURE DU VOTE A SONNÉ.

Ce n’est qu’après deux heures d’horloge que le calme est revenu. Le Capitole a été considéré comme sécurisé peu après 23 h 30. Les élus ont fait leur retour dans les chambres du Congrès pour reprendre le processus de certification de l’élection présidentielle dont le sénat a finalement été acquis aux démocrates dans la majorité.


Plusieurs chefs d’Etats à travers le monde et même en Afrique se sont indignés au regard de la situation qui a prévalu la journée de mercredi à Washinton. Selon ces derniers, la démocratie était la seule et unique chose autour de laquelle les protagonistes devaient converger. Chose qui au bout du compte a été faite.

A lire aussi : USA :  SOUDAN, TOUJOURS DANS LE VISEUR DE DONALD TRUMP.

C’est un événement qui a suscité de la désolation jusqu’en Allemagne où la chancelière Angela Merkel a particulièrement été touchée. “Je regrette profondément que le président Trump n’ait pas concédé sa défaite, depuis novembre et encore hier” mercredi, s’est indignée la chancelière qui n’a pas aussi manqué de marteler que, “les doutes sur le résultat de l’élection ont été alimentés et ont créé l’atmosphère qui a rendu possible les événements” de Washington.

A lire aussi : PRÉSIDENTIELLE EN AMERIQUE : JOE BIDEN FACE À UN GROS CHANTIER DE RECONSTRUCTION.

Elle ne va pas s’arrêter là. Elle rajoute qu’ “Il est tragique que des personnes aient perdu la vie dans les événements de cette nuit, mais pour moi, c’est un signe d’espoir que le Congrès ait poursuivi ses travaux dans la nuit”. Ce n’est que quelques heures après que le magnat de l’immobilier, Donald Trump va faire une amande honorable et accepter d’avoir été vaincu tout en promettant « une transition ordonnée ».

En attendant le 20 janvier, date d’admission de Biden à la maison blanche, le monde entier retiendra que le républicain Trump a tordu le cou à la démocratie américaine au lendemain d’une élection présidentielle.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site internet pour recevoir automatiquement nos articles.

Afrik-inform.com, l’info en un clic

Leave a Comment