VIOLENCES POLICIÈRES AUX ÉTATS-UNIS: DES LEÇONS QUI VIENNENT DE LA CHINE ET DE L’IRAN.

by Bertrand Wandji
0 comment

La mort d’un afro-américain, le nommé George Floyd, suite à une torture par des policiers blancs à dégénéré sur une série de violences et de troubles dans plusieurs villes américaines. Dans cet élan de colère populaire la Maison Blanche avait elle-même été prix pour cible par des manifestants qui avaient monté des barricades et jeté des projectiles sur les forces de sécurité.

Face à ce drame, le président Donald Trump n’a jamais été condamné le meurtre de Floyd. A la place, il a annoncé que les manifestants étaient traités comme des terroristes à l’égard de nombreux débordements. Une sortie jugée maladroite y compris par son Secrétaire d’État à la Défense qui s’est opposé fermement à la décision d’opposer l’armée aux manifestants dans les rues.

Critiquant la réponse de Washington aux manifestations, la porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, évoqué «un cas d’école de leurs deux poids-deux mesures de renommée mondiale». Il estime que les USA, gendarmes du monde, incite souvent à donner des leçons de respect des libertés et des droits humains aux autres paie un failli sur le coup.

Pour mieux illustrer la question de ce deux poids deux mesures, Zhao fait le rapprochement entre les violences aux États-Unis et celles qui ont secoué l’an dernier la région chinoise semi-autonome de Hong Kong, en réaction à l’influence de Pékin dans l’ancienne colonie britannique: «Pourquoi les USA traitent-ils en héros les partisans de la violence et de la soi-disant indépendance de Hong Kong, tout en qualifiant ceux qui dénoncent le racisme de terroristes», s’est-il interrogé.

《Mettez fin aux violences contre votre peuple》

C’est ainsi que l’on peut résumer à son tour la conférence de presse de la porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères Abbas Moussa qui a manqué de tendresse vis-à-vis de l’administration Trump et a soutenu son soutien au peuple américain : «Le monde a entendu votre cri sur l’Etat d’oppression. Le monde est à vos côtés », at-il déclaré avant de demander aux policiers du pays de l’oncle SAM de mettre un terme aux violences:« Aux fonctionnaires et à la police américaine: arrêtez la violence contre votre peuple et laissez-le respirer ». L’IRAN accuse en outre les USA de «pratiquer la violence et l’intimidation à l’intérieur du pays et à l’étranger».

Notons que l’IRAN a fortement relayé à travers ses médias, la télévision d’Etat en particulier, les manifestations en cours aux Etats-Unis. Selon le journal français Le Parisien, ce jeu d’inimitié puise cependant sa source à une sortie de Donald Trump en 2018, où le Président Américain dénonçait l’accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015 et avait ainsi rétabli de lourdes sanctions contre Téhéran .

Enregistrez votre adresse sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.

Afrik-inform.com, l’information en un clic.

Leave a Comment